Intrigue #1

L'indépendance des Fourbes

Il a suffit d’une nuit. Une seule. Et le fragile équilibre de l’Echiquier a été réduit à l’état de cendres : Les Fourbes viennent de revendiquer leur indépendance. Du côté des Avides et des Belliqueux, c’est la panique totale ce matin, impossible de savoir exactement à quel point les dégâts sont graves, d'autant que certains Fourbes ont été surpris à faire usage de dons... Alors qu'Aquaworld et Trickyland sont sur le pied de guerre, Mazecity est en effervescence, organisant sa première élection afin d'élire son futur dirigeant.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Ce qu'il faut savoir

► Nous sommes en hiver ! N'oubliez pas d'inscrire la date dans vos titres de RPs !
► Avatars de 200x320
► Vous avez un délai de 10 jours pour faire votre fiche.
► Pour prendre un personnage prédéfini, inscrivez-vous sous son nom et envoyez un MP à un administrateur.
► Hentai, yuri & yaoi sont autorisés, mais ce n'est en aucun cas le thème principal du forum ! Néanmoins, même si aucune restriction n'est de mise concernant votre âge, nous vous demanderons d'être âgé de minimum 16 ans pour poster/participer à un RP de ce type (Cfr. règlement pour plus d'informations).
► Votre personnage doit être âgé de minimum 18 ans ! Tout personnage en dessous de cette moyenne d'âge ne pourra pas être validé (cfr. règlement pour plus d'informations).

Nos copains

Petites annonces des membres

Envoie un MP à Sara pour faire passer ton annonce ici ~.
©linus pour Epicode
L'Echiquier



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le Cœur de la forêt | Erwin

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Le Cœur de la forêt | Erwin  Ven 7 Oct - 22:10


F E A T SVENSSON Erwin


Quel drôle d'endroit pour élire domicile. Plus elle avançait là-dedans, plus elle se demandait si ce salopard de fourbe ne lui avait pas menti concernant le lieux de résidence des belliqueux. Si c'était le cas, elle ne manquerait pas de venir ici-même enterré son cadavre. Contrairement aux apparences, Sara n'était pas ce qu'on pouvait appeler : une amie de la nature. L'obscurité et l'humidité ambiante la rendait mal à l'aise. Les bruits des animaux et du vent à travers les branchages lui donnait l'impression qu'elle ne pourrait pas entendre si facilement un éventuel intrus. De plus, force était de contaster qu'elle était perdue. Rien aux alentours ne laissait présager une quelconque civilisation. Mieux valait dans cette situation ne pas rester statique. Elle avait par chance, penser à prendre un sac de voyage qu'elle avait remplit de bricole. Dedans, elle sortit une petite lampe à huile qu'elle hésitait à allumer. Les feuillage était si épais qu'elle ne voyait presque rien mais si elle l'allumait, elle se ferait sans doute remarqué. Elle évalua donc le pour et le contre pendant quelques minutes.

Finalement, elle préférait la lumière. C'était plus sécurisant pour elle et si elle venait à se faire remarquer, elle pourrait toujours venir à bout d'un ou adversaire avec son pouvoir. Ou fuir si elle était en position de faiblesse. Allumant la lampe à l'aide d'une bougie, la lumière éclaira un petit chemin qui jusqu'ici n'avait pas été remarqué à cause de la densité de la végétation. C'était surement le chemin pour y aller. Marchant en tentant de suivre ce petit chemin sinueux, elle remarqua qu'elle avait du se tromper, l'état de cette route indiquait que personne n'avait arpenter cette chose depuis longtemps. Elle ne pouvait tout de même pas revenir sur ses pas. Elle était motivée par un but précis et ne rentrerait pas chez elle avant d'avoir pu le revoir. Cela faisait près de deux semaines qu'elle l'avait revu, et la séparation devenant de plus en plus dur à supporter, elle avait décidé de prendre les devants.

“ - Mais !%@!! ! C'est pas possible de choisir ce trou pour vivre !

Ne pas parvenir à ses fins avait le don de l'irriter, surtout en ce moment. Parcourir cet endroit était dangereux. Elle avait déjà fait succomber tellement de belliqueux qu'elle risquait à tout moment de tomber dans une embuscade. Dire qu'elle lui avait promis de ne pas se mettre en danger. Elle était sûr qu'il la gronderait.Qu'importe ! Elle était assez grande pour faire ses propres choix. Continuant à avancer dans la forêt, le paysage se mit à changer, la végétation était encore plus luxuriante et elle se rendit compte que le chemin n'existait plus. Depuis combien de temps avançait-elle à l'aveuglette ? Elle chercha un signe aux alentours et se prit les pieds dans une racine, s'affalant de tout son long. Sa lampe quant à elle atterrit dans une eau boueuse.

Ses yeux mirent quelques secondes pour se réhabituer à la luminosité. Elle ne percevait rien. Il faisait même étrangement calme ici, si ce n'est le clapotis de l'eau. Une fois ses yeux capable de se repérer, elle tendit le bras pour se relever à l'aide d'un arbre. Elle était toujours au beau milieu de la forêt mais bizarrement, c'était un tout autre écosystème à ce stade. Elle désespérait, à vrai dire, de rencontrer quelqu'un et s'assit un peu plus loin sur une grosse racine. L’heure était déjà bien avancé et elle devrait sans doute, pour l'heure, rebrousser chemin bientôt si elle ne voulait pas passer la nuit dans cet endroit. Elle se mordit les lèvres quelques instants et ressentit pleinement le manque : Elle était seul et perdue. Des perles salées tentèrent de s'échapper de ses yeux mais elle les ravala bien vite. Ce ne serait pas aujourd'hui qu'elle se laisserait aller tout de même.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:54, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Sam 8 Oct - 19:34






Le Cœur de la foret



Ces dernières semaines passaient à une vitesse hallucinante, et chaque jour je pensais qu'à elle, Sara...
Elle me manquait, mais j'étais beaucoup trop occupé au service des belliqueux pour pouvoir la voir, de plus vu le mal que j'ai eu la dernière fois pour m'enfuir des ruines, ça allait être très difficile d'y remettre les pieds. Et pourtant j'étais prêt à courir ce risque, à courir tout les risques nécessaires même, vu ce que j'éprouvais à son égard je risquerai tout. Ma dernière tache accomplis, il ne me restait plus qu'à rentrer dans la base, un sacré bout de chemin à faire, mais je me motivais, chaque pas, chaque minute qui passe me rapproche un peu plus de celle que j'aime.
La nature dense autour de moi, me rappelait sans cesse qu'il fallait que je reste vigilant, je connaissais les lieux, il n'y avait pas de créatures vraiment dangereuses, ici le plus gros risque est de trébucher et s'ouvrir une plaie, ou encore de manger quelque chose de toxique, il fallait connaitre les lieux pour pouvoir y survivre. J'avais même entendu des gens dire, que certains vivaient par ici, au regard de tous, isolés. Mais je n'avais jamais croisé personne, allez savoir si c'était vrai ou non.

Marchant depuis longtemps, je me repérais grâce à certains grands arbres, ils étaient uniques en leur genre, et une fois qu'on connait leur emplacement on peut librement se déplacer, du moins en faisant un minimum attention, mais pour d'autres cet endroit peut se transformer en un véritable tombeau. Les feuillages masquaient parfois la lumière, c'était idéal pour se cacher, mais pour s'en sortir c'était une autre paire de couilles...

Je m'engouffrais de plus en plus au milieu de cette végétation sauvage, ici aucun bruit, ou du moins habituellement il n'y avait aucun bruit, aujourd'hui un peu plus loin je pouvais entendre des pas sur des feuilles. Étrange, la mangrove est assez grande pour ne croiser personne hormis des animaux, mais dans l'immédiat les pas ne semblaient pas venir d'un quelconque animal. Ils étaient irréguliers, comme si l'être semblait perdu. Vigilant, je ralentissais au possible pour ne pas faire de bruits, ou plutôt atténuer le bruit. Je réussis à déterminer la direction des pas et m'y dirige discrètement. La curiosité était à son summum, s'agissait t-il d'une personne vivant ici? D'un autre belliqueux? Ou peut-être même un avide? Qui sait, ici on peut tout croiser? Mais lorsque mes yeux se posèrent sur l'être en question, la surprise était d'autant plus grande. Yeux écarquilles, mon cœur commença à s'emballer à toute allure. Un grand sourire sur le visage se dessinait, je ne pouvais expliquer ce que je ressentais, mais dans ma joie je me suis jeté du feuillage pour littéralement lui sauter dessus, en la rattrapant pour qu'elle ne tombe pas. Je ne rêvais pas maintenant que j'étais sur elle, et que je la tenais, j'en étais sûr, Sara!

"- Sara?! C'est vraiment toi?!"

Il n'y avait pas de doute possible, j'étais certain que c'était elle, il n'y avait qu'elle que je pouvais serrer aussi fort contre moi, soudain le manque s'était intensifié, et je ne voulais vraiment plus la lacher, les questions viendront après, pour le moment je profitais surtout d'avoir l'unique personne que j'aime contre moi.





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Dim 9 Oct - 3:10


F E A T SVENSSON Erwin


La jeune femme se massait la cheville, Assise sur son pseudo-perchoir de fortune. Par chance, elle n'était pas blessée mais elle avait perdu sa lampe. Fait déjà bien énervant, elle ne savait même pas si elle serait capable de retourner vraiment sur ses pas dans de telles conditions. Et elle n'avait certainement pas l'envie de finir ses jours dans un endroit comme celui-ci. Cherchant un coupable, elle blâmait silencieusement ce gars qu'elle avait voulu retrouver. Erwin, pourquoi fallait-il donc qu'elle se mette à le chercher. Bien sûr, ces pensées ne durèrent pas, c'était impossible de le tenir comme responsable de quoique ce soit, sauf peut-être d'avoir choisi le mauvais camp, de l'empêcher, du coup, d'être avec elle sans devoir se planquer. Et puis il lui manquait aussi, bordel. Tout était pourtant si simple avant. Un soupir s'éleva dans le silence, et après cette longue inspiration, elle expectorât tout cet air pour se calmer. Il n'était pas dit que cette mangrove lui ferait perdre si facilement son sang-froid. Il n'y avait que lui, après tout, pour réaliser un tel exploit.

Elle posa sa tête contre le tronc, observant les minces rayons lumineux qui filtrait des épais feuillage. En vérité, elle se entait las, si il 'était pas tout ce qui comptait réellement, elle aurait rebrousser chemin, et l'aurait guetter à travers son réseau de renseignement. Même si cela aurait parût bien trop suspect qu'elle le laisse survivre. Ils pourraient commencer à croire qu'elle se ramollissait, et ce n'était pas bon. Peu importe de quelle façon elle tournait la chose, il n'y avait vraiment aucune solution pour être avec lui au grand jour. Et puis, contre toute attente, elle sentit des bras autour d'elle, écarquillant les yeux, elle crut d'abord à une hallucination provoqué par je-ne-sais-quelle-plante-ou-bête. Une éclair blanc était passé à côté de son visage. La surprise faillit lui faire perdre l'équilibre mais il la maintenait fermement contre lui. Les larmes qu'elle avait tenté de contenir s'éclipsèrent pour rouler le long de ses joues. L'espace d'un instant, elle se demanda de combien était la probabilité qu'elle le rencontre au beau milieu de cette forêt sans avoir trouver l'endroit où il était supposé vivre. Mais finalement, quelle importance ?

“ - C'est bien toi ? Je voulais tellement te voir ...

Réagissant enfin, elle se blottit contre lui, respirant son parfum. Elle n'osait pas le toucher de peur que cette illusion - qui n'en était pas une - ne s'évapore. Elle se sentait à la fois réconfortée et épuisée, mais un sourire étira ses lèvres quand elle sentait qu'il ne la lâchait pas. Plus cela durait, moins il était probable qu'elle ne fantasme cet instant. Elle finit par rouvrir les yeux, posant ses mains sur son visage pour cacher ses larmes, les essuyer. Dire qu'elle voulait être impeccable pour lui, c'était un peu rater avec sa chute de tout à l'heure. C'était sans doute idiot de penser à ces choses là maintenant qu'elle l'avait retrouvé, mais elle ne pouvait pas s'en empêcher, son cœur s'emballait, ses yeux ne voulaient pas fermer les vannes et son corps tout entier ne tenait que par la force de son étreinte.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:54, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mar 11 Oct - 18:12






Le Cœur de la foret



L'instant de bonheur que nous procure les retrouvailles avec le seul être cher qui compte pour nous, dépasse de très loin tout le reste. Le monde pouvait partir en fumée, je n'en avais rien à faire. L'espace de cet instant unique, j'oubliais tout mes problèmes, et mon principal soucis devenait de savoir si elle allait bien, si personne ne lui avait fait de mal, et surtout si elle n'avait rien fait de dangereux pendant ce laps de temps durant lequel nous étions loin l'un de l'autre. Mais maintenant qu'elle était là, tout allait rentrer dans l'ordre, je me rendais compte que son absence était bien plus pénible à supporter que ce que je m'étais imaginé. Tout un tas d'émotions m'envahissaient, le temps semblait s’arrêter, et je voulais que ce moment dure une éternité. Tout devenait flou, mais une chose était certaine, une chose était sûre, c'est que je ne voulais plus de prochaine séparation. Et malgré l'évidence de celle-ci, maintenant je disposais de toute mes forces, je pourrais tout mettre en oeuvre pour rester à ses côtés.

"- Tu m'as manqué, bordel je m'en rends compte que maintenant à quel point, ces retrouvailles ne doivent pas être un hasard."

Quelles étaient nos chances de se croiser ici, en pleine forêt, la ou personne ne mets quasiment jamais les pieds ? Proches de zéro sans doute, mais aujourd'hui le destin à voulu en faire autrement, m'offrir une chance de revoir la seule personne que j'aime autant, et ce n'était peut-être pas une chance, mais sans doute un signe pour me faire comprendre que je devrais tout mettre en oeuvre pour rester à ses côtés. Je pourrais veiller sur elle, l'aider, bien qu'elle devait s'en sortir d'elle même, mais c'était plus fort que moi. La serrant toujours plus fort, j'avais du mal à la regarder verser des larmes, cela me faisait mal, qu'elles soient de bonheur ou de tristesse, elle n'avait pas à pleurer. Malgré tout, sa bouille reste toujours aussi mignonne, et à mes yeux la femme la plus belle.

"- Pleure pas, je ferais en sorte qu'on soit plus séparés je te le promets, vraiment, t'es ce que j'ai de plus cher dans ce monde alors calme toi, je t'en prie."

Relâchant l'emprise petit à petit je la gardais tout dans même dans mes bras, descendus cette fois-ci en bas de son dos, comme lors de notre première rencontre. Je voulais la voir, elle semblait en bonne santé, du moins sans cicatrice sur elle, et c'était déjà un bon début, pas de quoi entièrement me rassurer, mais au moins il ne lui manquait rien.

"- D'ailleurs Sara, qu'est que tu fais par ici? C'est un endroit assez dangereux quand on ne connait pas, et je pensais avoir été clair la dessus non? Je veux pas qu'il t'arrive quelque chose."





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mar 11 Oct - 23:43


F E A T SVENSSON Erwin


Elle se sentait maintenant si bien dans ses bras. L'espace d'un instant, les bois n'avaient aucune espèce d'importance, elle aurait pu être n'importe où, peu lui importait dans qu'elle se trouvait à ses côtés. Elle s'était sentie si désespérée ces dernières minutes, et pourtant, il lui avait suffit d'un geste et de quelques mots pour tout faire valser. Fini l'inquiétude, fini le manque. Elle était enfin auprès de lui. Même si ce trop plein d'émotion faisait couler ses larmes entre ses doigts, elle savait qu'elle serait bientôt tarie. Elle ne voulait pas qu'il s'inquiète de la voir dans un tel état. C'était tellement ridicule, même pour elle. C'est pour ça qu'elle devait rapidement se ressaisir, mais était-ce une si mauvaise chose de profiter de ses bras pour se sentir bien mieux ? Surtout quand il est encore la seule personne capable de lui faire ressentir quoique ce soit de positif. Le seul capable de la faire se sentir vivante et encore ... Humaine.

Les sentiments qu'elle avait pour Erwin ne l'empêchait pas de survivre et de se battre contre toute personne s'opposant à elle. Tout cela la fatiguait énormément. Au moins, avec lui, elle pouvait se laisser aller, elle pouvait l'histoire d'un instant, redevenir douce sans crainte d'être abusée ou qu'il se moque d'elle. C'était la seule relation de confiance indéfectible qu'elle avait, et elle ne voulait pas la perdre, à aucun moment. Perdre Erwin, ce serait perdre tout ce qui pouvait encore faire d'elle une personne capable de ressentir quoique ce soit. En prenant la parole, il la rassurait malgré lui, elle était maintenant convaincue que ce n'était pas une illusion dû à la fatigue ou à la déshydratation dont elle était surement victime.

“ - Tu m'as tellement manqué toi aussi ...

Elle aurait voulu dire tellement de chose en plus, elle n'y parvenait pas encore. Les retrouvailles et la joie de l'avoir trouvé l'empêchait de réfléchir ou même articuler convenablement plus d'une phrase. Sous les mots de son partenaire, elle reprit un peu de poil de la bête, essuyant ses yeux d'un revers de main pour chasser ses larmes, elle dut prendre plusieurs inspiration pour se calmer tout à fait. Elle ne savait pas vraiment ce qui lui avait pris, mais craquer lui avait en quelque sorte fait du bien.

“ - Excuse-moi .. Je ne sais pas trop ce qu'il me prend. Je suis tellement heureuse de te voir !

Son corps recula légèrement mais ses bras l'entourait toujours. Sans même le regarder, elle se doutait qu'il la passait au crible pour s'assurer qu'elle n'ait rien. A part quelques égratignures de ronce, il n'y avait rien de bien méchant à signaler, il s'en rendrait très rapidement compte. Ses larmes essuyées, elle rouvrit les yeux et put enfin poser les yeux sur son visage. C'était toujours le même, le même visage, le même regard. Ses yeux se perdirent un instant dans ses iris marrons, elle sentait qu'il ne s'empêcherait pas de lui faire la remarque, elle qui avait promis de ne rien faire d'inconscient, elle était tout de même paumée au beau milieu de la forêt des belliqueux et sans aucune raison vraiment valable à lui soumettre.

Il ne s'en rendait peut-être pas compte mais le pire qui pouvait lui arriver était de se retrouver trop longtemps sans nouvelle. Elle avait tourné en rond ces dernières semaines, cherchant des informations en douce sur sa " cachette " et sur la possibilité de l'endroit où il se trouverait. Elle s'imaginait même, peut-être, qu'il avait trouvé un moyen de s'échapper, de quitter cet endroit pour retourner à sa vie d'avant. Oui, se faire des films, c'était un grand truc de Sara ça. Mais il allait de soi qu'elle n'allait pas le lui révéler, celui lui ferait certainement bien trop de peine de savoir qu'elle avait pu penser ça. Elle passa délicatement ses bras autour de son cou, les posant sur ses épaules.

“ - J'étais si inquiète depuis la dernière fois. Je t'en prie, ne m'en veux pas d'être venue à ta recherche. J'avais peur que tu sois encore blessé et que tu ne puisses pas te défendre. Je suis contente de voir que tu as repris des couleurs, tu sembles aller mieux.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:53, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mer 12 Oct - 1:52






Le Cœur de la foret



Comme je le pensais, elle était bien partie à ma recherche et avait sans doute du atterrir ici. Son intention était donc vraiment sincère, et bien que je m'opposais au faite qu'elle se mette en danger, j'étais bien heureux de la tenir à présent dans mes bras. Je pouvais pas lui en vouloir, quelque part je me mets souvent en danger pour des mission diverses, il n'était pas de mon droit de lui en vouloir si elle en faisant autant surtout pour me retrouver. De toute façon le plus important était qu'elle était là, à l'instant présent, et c'est tout ce qui comptais. Sa frimousse toute mignonne me faisait sourire malgré moi, difficile de lui faire une simple remarque. Ses mots m'allaient droit au cœur, ça faisait clairement du bien d'entendre quelque chose d'agréable, surtout venant d'elle, de plus c'était la première fois qu'on me disait ce genre de mots, je ne savais pas vraiment comment le prendre, mais je n'arrivais jamais à vraiment lui exprimer ce que je ressentais pour elle, pas un quart de tout ce que j'avais à dire n'étais sortis, et pourtant, je n'osais pas...

"- Je vais surtout mieux grâce à toi, et maintenant que t'es la je ne peux qu'aller bien !"

Elle aurait pu m'achever la dernière fois sans soucis, m'abattre au nom de son clan, de toute façon je n'aurais manqué à personne. Mais la situation avait tournée, et maintenant la seule personne à qui je pourrais manquer si je venais à disparaître était elle, il fallait le dire, ces derniers temps je faisais tout pour rester en vie, je n'avais même plus en vie de rentrer dans notre monde, même si la-bas je dispose de richesses assez grande pour m'offrir beaucoup de choses, il me manquera toujours cette chose qu'uniquement elle pouvait m'apporter. Avec le temps je me suis simplement dis que je servirais la cause des Belliqueux, mais je ne voulais plus ni rentrer ni même rentrer dans quelconque bataille, et j'avais bien fais, inutile de lui montrer de nouvelles blessures et de l'inquiéter inutilement.

"- D'ailleurs comment t'as fais pour te retrouver ici ? Va falloir trouver un abri rapidement, y'a parfois des Belliqueux qui passent par ici."

En y repensant, je voulais éviter cette situation, mais si jamais je me retrouvais en face d'une autre personne de mon clan et qu'elle veuille s'en prendre à Sara, j'allais forcément à réagir, et même si il s'agissait de cinéma je ne pouvais pas m'en prendre à Sara, devrais-je alors éliminer quelqu'un de mon clan ? je préférais ne pas y penser et je chassais rapidement cette idée de mon esprit

"- Loin de moi l'idée de te précipiter, mais t'as quelque chose en tête ou on se met à la recherche d'un endroit un peu plus sûr ?."

Même si le calme régnait autour de nous, on ne sait jamais quelle surprise pouvait venir perturber cet instant, et je n'allais laisser personne le faire.





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mer 12 Oct - 20:51


F E A T SVENSSON Erwin


Elle était heureuse qu'il dise aller bien, elle se sentait mieux de voir que cela semblait être effectivement le cas. Elle prit le temps d'observer les traits de son visage. Ses bras autour de lui, elle s'assurait ainsi qu'il n'allait pas s'envoler. Elle l'observait de ses grand yeux bleus un peu rougis et lui sourit en retour. Un mécanisme qu'elle oubliait certainement quand elle n'était pas proche de lui. Elle posa la tête contre son torse. Elle respirait plus sereinement profitait simplement de l'opportunité, de la chance même qu'elle avait de l'avoir rencontré. Elle avait eu si peur de finir dans cette forêt. A vrai dire, elle n'était même pas sûre de retrouver la sortie toute seule. Elle lâcha un soupir et recula son visage pour lui faire face, sans pour autant le libérer de l'emprise de ses bras. Elle lui affirma d'un signe de tête que tout allait bien à présent et c'était ce qui comptait le plus, enfin, pour le moment.

Pendant quelques minutes, elle en avait oublié que la nuit ne tarderait pas à tomber, il avait raison, ils avaient besoin d'un abri. Il était totalement exclu qu'il la ramène dans le quartier des belliqueux. Elle s'interrogea quelques secondes mais il fallait bien se rendre à l'évidence : Elle n'avait aucune espèce d'idée de l'endroit exact où ils étaient et encore moins de la façon dont ils pourraient se diriger dans tout ce bourbier. Ce quartier était selon lui assez fréquenter par ceux de son camp, alors, n'importe qui pourrait les surprendre et à cette idée, son cœur se serra. Comment devaient-ils réagir ? Elle n'hésiterait pas à trancher la gorge d'un éventuel intrus mais comment la percevrait-il alors ? Cette idée lui glaça le sang. Son sourire s'estompa pour laisser place à une mine déconfite. Bien entendu, il prendrait peut-être son parti, mais elle pensait à tous les soucis que cela lui causerait. Peut-être aurait-il fallu qu'elle ne vienne pas jusqu'ici, pour finir.

“ - Pour ne pas te mentir, je me suis dirigée à l'aveuglette, c'est la première fois que je m'aventure si loin dans les territoires belliqueux. Je n'ai pas vraiment pensé aux conséquences. Vous avez vraiment choisi cette forêt lugubre comme lieu de repaire ?

Elle pensait à la cité flottante et au confort qu'elle pouvait y avoir. Après, il était certain que d'autre préférait certainement un cadre plus rustique. Ce n'était pas vraiment son point de vue mais pourquoi pas. Voyant qu'il s'inquiétait vraiment pour leur sécurité, elle finit par le lâcher, glissant le long de son bras pour glisser ses doigts entre les siens. Heureusement que de le voir lui redonnait un peu de ressource, sans cela, elle serait probablement rester là jusqu'à ce qu'une quelconque personne ne la trouve. Elle hochait la tête pour témoigner de son accord, elle n'avait cependant aucune idée d'un éventuel endroit où ils pourraient être ensemble, mais s'il lui demandait si elle avait une idée, c'était sans doute qu'il n'en connaissait pas non plus. Pourtant, au milieu des bois, ce ne serait sans doute pas si dur de trouver un coin où ils pourraient être tranquille pour passer quelques temps ensemble. Elle observa les lieux d'un œil interrogateur. A part grimper aux arbres ou devenir amphibien, ils n'avaient pas beaucoup de lieux à disposition pour se planquer. Tenant fermement sa main, elle lui indiqua le petit chemin par lequel elle était arrivé, peut-être qu'il menait quelque part puisqu'elle avait manqué un embranchement.

“ - Peut-être ... Par là ?

Elle n'en était pas certaine bien sûr, mais ce serait toujours mieux que de rester sur place. Seule, elle s'en ficherait qu'un Belliqueux lui tombe dessus mais avec lui, tout était différent. Elle remettait tout en question. Mais pour le moment, ce n'était pas le moment d'y penser, elle prit la direction qu'elle avait indiqué, puisqu'il y avait un petit chemin, il y avait une destination et puisqu'Erwin ne venait pas de là, il était peu probable que ce soit le repaire des belliqueux. Elle ne savait pas vraiment quoi espérer, elle se contentait de croire qu'ils trouveraient quelque chose en chemin. Tout en marchant, elle tenait toujours la main d'Erwin. Mais subitement, au bout de quelques centaines de mètres, elle s'arrêta brusquement, devant eux, elle vit deux silhouettes passer d'un pas lent, des éclats de voix lui parvenait sans qu'elle ne puisse comprendre quoi que ce soit. Elles étaient assez loin et de ce fait, elle espérait qu'elles ne les avait pas vu.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:53, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Jeu 13 Oct - 0:21






Le Cœur de la foret



Elle avait donc prit bien des risques pour venir ici, fonçant presque tête baissée, elle aurait put y laisser la peau une bonne fois pour toutes, mais la chance à fait que non. Je ne sais pas ce qui aurait été pire pour elle, se faire capturer par les miens, ou mourir en se perdant ? Dans les deux cas le destin funeste n'était pas du tout une idée qui m’enchantait. Laissant tomber sa main dans la mienne, j’essayais tant bien que mal de la guider à travers cette foret, je ne sais pas ou nous pourrions nous cacher, mais avec moi elle risquait moins, je pourrais toujours m'arranger pour la protéger contre les mauvaises rencontres, ce ne sont pas les arguments qui manquent. Et puis pour la personne qui nous est cher, on est toujours prêt à tout sacrifier. Elle m'indiquait le chemin par lequel elle était passé, c'était un endroit que je connaissais mais qui était souvent emprunté. Je ne sais pas comment elle avait connu cette partie de la foret, mais elle avait eu une chance incroyable de ne croiser personne, cette route étant régulièrement emprunté par les Belliqueux...
Ayant à peine le temps de me retrouver, voilà que des silhouettes et des voix se dessinaient un peu plus loin. Tirant Sara derrière des buissons je lui fis signe de pas faire de bruit. Je ne savais pas qui étaient ces personnes, des Belliqueux, des Fourbes, ou même des Avides ? Dans cette partie de la foret on était à l'abri de rien, et vu nos différence, un rien pourrait engager le combat et blesser l'un d'entre nous. La tension montait, les pas étaient proches de nous, mais les deux personnes semblaient discuter tout en rigolant à haute voix, le vent qui apportait la nuit semblait couvrir un peu le bruit. Petit à petit les silhouettes s'éloignaient de nous, et nous pouvions reprendre notre chemin, mais voilà maintenant que le ciel devenait gris et qu'un vent plutôt violent s’ablatait tout autour de nous, le signe avant coureur d'une tempête. Nous allions devoir prier pour trouver un abri. Me relevant puis l'aidant à se relever, je la tenais toujours par la main en prenant une nouvelle direction.

"- La météo n'annonce rien de cool, va falloir qu'on se dépêche de trouver un abri."

Je devais garder mon calme, ne pas paniquer, et surtout rester organisé, tout en faisant attention à ne pas faire de mauvaise rencontres. Voilà que cette situation devenait un véritable challenge d'un coup. Avançant toujours plus loin, je jetais plusieurs coups de tête autour de afin de trouver un potentiel abri, un grand arbre, une grotte, une crevasse, n'importe quoi d'assez grand pourrait faire l'affaire. Mais comme on dit l'espoir fait vivre. La traînant derrière moi, je ne voulais pas la brusquer, mais le temps était contre nous. Le stresse ne cessait d'augmenter. Voilà que les premières gouttes commençaient à tomber, mais le vent étant encore présents, nous avions encore quelques minutes devant nous. Lorsque soudain, l’inespéré arriva. Derrière des plantes, par je ne sais quel miracle, il y avait une petite grotte, largement capable de nous accueillir et protégée par plusieurs végétaux à l'entrée. A cet instant précis, je pensais que c'était peut-être mon pouvoir qui agissait sur elle, et nous avait donc permit de nous trouver un abri, sans attendre une seconde de plus, je m'engouffrais dedans pour voir si le lieu était désert puis je l'embarquais avec moi.

"- On en a eu de la chance... La prochaine fois essaye de pas te perdre en foret."

Le tonnerre retentit dehors et la pluie tomba violemment sur la foret, nous avions un abri pour la nuit, pas très confortable mais assez pour subvenir a nos besoins actuels.

"- Désolé pas le grand luxe, mais je pouvais pas t'emmener chez les Belliqueux, de toute façon t'aurais trouvé ça surement naze par rapport à votre luxe habituel. On va passer la nuit ici, demain on verra ce qu'on fait, ça te vas? "





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Jeu 13 Oct - 19:50


F E A T SVENSSON Erwin


Elle ne pipait mot. Concentrée sur sa respiration qu'elle jugeait encore bien trop forte ? Ou peut-être était-ce les battements de son cœur ? Elle jeta un coup d’œil à Erwin, son air sérieux et attentif la rassurait un peu mais les pas et les voix se rapprochaient de plus en plus. Il était dur de penser pouvoir être si proche de danger bien réel, non seulement pour elle, mais aussi pour lui qui risquait gros s'il tentait de la défendre. Elle se serra un peu plus contre lui en entendant les voix de l'autre côté du buisson. Ils parlaient de tendre des pièges mortels aux avides qui s'aventuraient dans la mangrove. Elle Déglutit. D'habitude, elle se serait fondue dans l'ombre pour passer très certainement inaperçue et, elle aurait noyer le poisson concernant leurs plans infâmes, ils ne s'en seraient pas sorti comme cela. Mais si elle utilisait son pouvoir, elle se doutait qu'il se mettrait en colère. Même s'il ne le disait pas concrètement, son attachement se faisait voir de manière tacite et maintenant plus que jamais, elle faisait attention aux moindres signes de sa part. Il était logique d'être effrayé par quelque chose qu'on ne comprend pas. Comment lui dire qu'elle pourrait disparaitre de la réalité si elle forçait trop ? C'était exclu.

Les pas finirent par s'éloigner, entraînant leurs rires et leur sujet de conversation morbide pour la jeune femme. La véracité de la situation lui apparaissait maintenant plus clairement depuis que le voir la rendait plus lucide. Reprenant leurs route, la jeune femme ne pipait mot. Si cela se trouvait, cela grouillait déjà de piège et en plus de foncer dedans comme une idiote, elle entraînait Erwin avec elle. Pour couronner le tout, et malgré l'épais feuillage qui les couvrait, un vent froid et de la bruine se mirent à compliquer légèrement leur avancée. Tenant toujours fermement la main de son compagnon d'infortune, la jeune femme leva l'autre devant son visage pour se protéger comme elle pouvait du vent. Il avait raison, il fallait qu'ils se mettent vite à l'abri si jamais ils ne voulaient pas finir trempé et malade comme des chiens. Marchant aussi vite qu'elle le pouvait, elle avait tout de même du mal à suivre le rythme de son partenaire. Elle cherchait avec lui un endroit capable de les accueillir mais la recherche s'annonçait jusqu'ici peu concluante. Mais la traînant derrière d'épais feuillage, il lâcha sa main pour découvrir une grotte assez spacieuse pour les accueillir, une fois ses vérifications faite, il l'invita à le suivre à l'intérieur, y allant de son petit commentaire.

“ - Désolée de vouloir te voir.

Répondit-elle du tac-o-tac. Elle était légèrement irrité de se faire mettre sous le nez ses erreurs. Il lui semblait tout de même que c'était injuste de lui parler sur un ton si désinvolte. Mais il était trop tard pour revenir sur ces mots. Elle l'observa un cours instant et baissa les yeux. Le coup de tonnerre la fit sursauter. Les orages était courant sur l’Échiquier mais il lui semblait qu'il n'était vraiment pas tomber loin celui-là. Quand il reprit la parole, elle le sentit un peu plus piquant que d'habitude. Elle se mordit la lèvre pour ne pas répliquer une seconde fois. Elle ne voulait pas qu'ils en viennent à se disputer alors qu'ils venaient tout simplement de se retrouver. Elle soupira et passa ses mains sur ses vêtements pour les épousseter, un réflexe qui ne servirait à rien. Par chance, ils avaient évité le gros de la tempête qui commençait maintenant à faire du raffut. Ils n'avaient beau pas être installé dans le plus beau des conforts, cette endroit serait largement suffisant. Elle se souvenait de son plan initial avec un sourire amer, la situation n'était pas du tout celle qu'elle s'était imaginer.

“ - Je m'en fiche du luxe de la cité flottante. Cet endroit m'ira très bien puisque ... Tu es là.

Sa première phrase lui semblait un peu sèche, si bien qu'elle se rattrapa en venant l'enserrer doucement dans son dos qui lui faisait face. Sa tête se posa entre ses omoplates tandis que ses mains enserrait le bas de son ventre. L'obscurité de la grotte les entourait et, malgré la précarité des lieux, elle se sentait en sécurité à présent. Elle voulait s'excuser de l'avoir inquiété et d'avoir parut désinvolte, elle comprenait qu'il devait se sentir contrarier de vivre cette nuit ailleurs que dans son foyer. Pour elle aussi, tout ne s'était pas passé comme prévu. Elle soupira et attendit une réaction de sa part.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:52, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Ven 14 Oct - 14:30






Le Cœur de la foret



La lumière se fit plus rare, le ciel sombre couvrait la la forêt, et les ténèbres s'installaient dans notre abri de fortune. Mon visage s'attrista suite à sa remarque, je ne voulais pas la blesser ou lui faire du mal, dans la précipitation et la panique on ne mesure pas toujours ses propos. Je m'en voulais un peu, mais il fallait regarder de l'avant et corriger cette erreur. Mais avant d'avoir eu le temps de faire quoi que ce soit, elle fit le premier pas vers moi. Me serrant dans mon dos, je sentais sa douce étreinte et ses mains se posaient sur mon ventre. Une nouvelle fois je ne pouvais exprimer ce que je ressentais, j'aimais ses attentions, ses gestes à mon égard, et surtout je l'aimais tout court. Les éclairs violents déchiraient le ciel, la pluie se faisait de plus en plus forte, et moi je profitais simplement de cet instant de bonheur avant de vouloir réagir à mon tour. Sans bouger je prenais la parole histoire de mettre quelques détails au clair.

"- Je ne voulais pas paraître désagréable, excuse moi, je tentais de garder mon calme mais je me suis laissé emporté par l'émotion."

Me levant doucement tout en enlevant son emprise sur moi, j'enlevais tout d'abord ma veste avant de la lui par dessus les épaules, nous n'avions peut-être aucun luxe ici, mais inutile qu'elle tombe malade en plus. Habillée comme elle l'était et n'étant pas habituée à cet endroit elle risquait sa santé. L’enlaçant à mon tour et posant sa tête contre moi, je passais doucement mes mains dans son dos de haut en bas, qu'importe l'endroit, qu'importe le luxe, ou même les conditions lorsque j'étais avec elle, j'étais l'homme le plus heureux. Le plus chanceux d'avoir croisé son chemin et de l'avoir, une chance qu'il ne fallait pas gâcher, et cela a aucun prix. Je n’envisageais pas le futur sans elle.

"- Pardonne moi, je m'inquiète peut-être de trop pour toi, alors que je sais que tu peux t'en sortir tout seule. Mais comprends moi, tu es la personne à laquelle je tiens le plus, ou plutôt l'unique personne à qui je tiens. La meilleure rencontre de ma vie, je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que ce soit, ça me ferait du mal."

Pour la première fois j'arrivais à aligner des paroles à ce que je ressentais, j'arrivais a lui exprimer ce pourquoi je l'aimais, ce pourquoi elle m'est si précieuse. Cela faisait un bien fou de pouvoir exprimer ce que l'on a sur le cœur, de faire partager son ressentis, son amour et son admiration. Jamais je n'aurais pensé pouvoir m'attacher autant a une personne, mais voilà maintenant que c'est chose faite, je n'arrivais pas encore a le croire. Elle représentait un idéal, quelque chose de magnifique, peut-être même quelque chose que je ne méritais pas, et pourtant c'était elle qui avait fait tout ce chemin, toutes ces épreuves, allant même se mettre en danger pour me voir, je n'avais pas le droit d'être injuste vis à vis d'elle, mais plutôt respectueux. Combien d'autres auraient fait la même chose ? Qu'importe qu'il s'agisse d'amour, d'amitié ou de quelconque autre sentiment, même pas une poignée ne se serait déplacé pour quelqu'un, mais elle, elle l'avait fait sans réfléchir. A cette pensée je la serrais toujours plus fort contre moi, submergé par l'émotion, j'oubliais très vite l'orage, le mauvais temps et tout les dangers auxquels nous nous étions exposés. Relâchant l'emprise, je n'avais qu'un seul moyen de vraiment la remercier. Posant ma tête tout d'abord contre la sienne, je souriais bêtement une fois de plus, ça devenait une habitude maintenant. Puis mes lèvres se collaient aux siennes pour l'embrasser doucement mais lentement. Un baiser qui dura. Et un chuchotement perdu, n'osant pas prononcer plus fort.

"- Je..Je t'aime."





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Lun 17 Oct - 5:12


F E A T SVENSSON Erwin


Collée dans son dos, la jeune femme ne bougeait pas. Elle le serrait doucement, et s'il le souhaitait, ne l'empêcherait pas de partir. Elle aussi était en colère quand il ne prenait pas soin de lui, elle ne pouvait donc pas lui en vouloir, ou en tout cas, pas trop. Les deux amants maudits restèrent un instant collé, mais finalement, Erwin se dégagea de l'étreinte. Baissant la tête, Sara laissa tomber ses bras le long de son corps, visiblement, il semblait assez contrarié pour lui en vouloir encore un peu, peut-être qu'elle devrait le laisser tranquille ? Un poids alourdit ses épaules, lui faisant relever la tête pour se retrouver face au jeune homme qui l'avait affublée de sa veste. Contre toute attente, il était venu à s'excuser après quelques instants, décontenancée la jeune femme qui ne savait que répondre. Elle l'observa un petit moment avant de poser sa tête contre lui comme il l'invitait à le faire. Sa tête contre son torse, elle gardait les yeux ouvert pour s'habituer un peu à l'obscurité. Au creux de son oreille, elle entendait le battement rapide et régulier de son cœur contre sa poitrine.

Blottie entre ses bras, elle ressentait toute son attention centrée sur elle. Sa veste était un peu trop grande pour sa faible carrure, lui donnant encore plus l'apparence d'une naine mais elle s'en fichait. Dans ses bras, elle se sentait bien. Souriante, elle passa à nouveau ses bras autour de lui, respirant son odeur calmement. Quand il reprit la parole, elle l'écouta, prêtant une oreille attentive à son discour, elle était heureuse que la luminosité ne lui permettrait sans doute pas de voir ses joues devenir écarlate. Elle comprenait son inquiétude ainsi que son point de vue. Elle non plus, elle n'avait jamais éprouvé de sentiment si fort envers qui que ce soit, jusqu'ici, elle avait été une enfant solitaire ne pouvant compter que sur elle-même. Peut-être était-ce pour ça d'ailleurs qu'ils étaient devenus si proche si facilement. Quittant le confort de son torse, la jeune femme redressa légèrement la tête pour pouvoir l'observer, attendant la fin de sa tirade. Quand il se tut, elle glissa doucement une main sur sa joue, son regard perdu dans ses prunelles. Elle acquiesça, elle pourrait lui promettre de ne plus se mettre en danger mais ... Ce ne serait qu'un mensonge. Elle recommencerait sans hésiter rien que pour le voir quelques minutes.

“ - C'est exactement pour la même raison que je ne pouvais pas rester là-bas. Lorsque je n'ai pas de tes nouvelles, je m'inquiète. Je pense que ... Ne pas savoir, c'est le pire ... C'est pourquoi même si c'est dangereux, je suis venue. Tu es le seul qui compte, le seul dont je veux prendre soin.

Elle ne laisserait personne lui faire du mal. Fourbes, belliqueux et même avide s'il elle le devait, personne ne pourrait l'empêcher de venir le voir, de prendre soin de cet homme dont elle était tombée amoureuse. Elle commençait avec l'obscurité à détailler ses traits, parfois illuminé par un flash de lumière et du tonnerre grondant. La pluie tombait maintenant plus fort et l'air se rafraîchissait. Et elle le sentait malgré la veste de son compagnon qui la couvrait, elle s'en voulait de ne pas avoir mis une tenue plus chaude, maintenant, il risquait de tomber malade. Elle n'osait cependant pas lui pas lui rendre sa veste, d'abord parce qu'il refuserait catégoriquement ensuite parce qu'il risquerait de se vexer pour je ne sais quelle raison, lui qui était si fier, cela lui ferait certainement bizarre de se faire materner par une fille, même si elle était la seule qui comptait peut-être même SURTOUT parce que c'était la seule qui comptait. Elle le sentit resserrer son étreinte et doucement, elle rapprocha son corps du sien pour partager sa chaleur. Leurs visages se rencontrèrent alors, elle sentit son souffle sur sa peau alors que ses lèvres rencontrèrent les siennes dans une douceur inégalée. Répondant à son appel, elle l'embrassa avec tendresse jusqu'à ce qu'il s'écarte légèrement pour annoncer l'évidence. Elle sourit.

“ - Moi aussi ...

Chuchota-t-elle doucement en le serrant un peu plus. La main qui caressait sa joue descendit dans sa nuque, ses grands yeux bleus ne pouvaient s'empêcher de regarder son visage baissé vers elle. Elle adorait contempler ses traits fins. Se dressant sur la pointe des pieds, elle reprit ses lèvres pour lui voler un baiser aussi long et doux que le premier.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:52, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Lun 17 Oct - 15:32






Le Cœur de la foret



Le temps venait de s’arrêter, mes pensées s’emmêlaient, voilà que l'évidence ressortait de sa bouche. Pour la première fois ou je lui révélais que je l'aimais, elle m'ouvrait son cœur et me confirmait ses sentiments. Je me rendais compte que sans elle, ma vie ne serait que tristesse, je n'étais pas seulement amoureux, j'éprouvais quelque chose de bien plus fort. Me laissant porter par son baiser, je comprenais que plus jamais je ne voudrais en être séparé, qu'importe le danger, à partir de maintenant mon cœur avait besoin de la revoir continuellement. Le quotidien sans elle me serait à présent insupportable, j'avais déjà du mal à dormir des rêves me tourmentaient, mon inquiétude pour elle était mon unique priorité, je n’avais que faire du reste, la vie n'aurait plus de sens si elle n'était plus là. J'ai pu connaitre des plaisirs, des privilèges, mais tous étaient éphémères, aucun d'entre eux ne m'agrippait le cœur. Sara elle, elle venait de prendre une place unique et privilégiée, une place que je ne donnerais à personne d'autre. Sa grâce et sa délicatesse éveillaient en moi des sentiments forts et sincères, et aucun compliment ne saurait mettre en avant la lumière qu'elle est devenue dans ma vie. Chaque seconde qui passait dans cette dimension figée, son visage s'illuminait. A mes yeux elle était déjà exceptionnelle, et pourtant pour je ne saurais quelle raison, elle devenait de plus en plus belle. A la fin de son baiser, mes mains se posaient dans son dos, je la resserrais, elle m'appartenait, rien qu'à moi, et pour rien je ne la lâcherais. Je n'ai jamais cherché une âme qui me ressemblait, mais pourtant je venais de la trouver.

"- Aucun mot ne saurait exprimer l'amour que je te porte, tu es unique, tu es a moi et a personne d'autre. Je ne sais pas comment on fera à l'avenir, mais à partir de maintenant il va falloir se revoir bien plus souvent. L'idée que tu sois loin de moi m'insupporte, me met mal, je me fiche de nos clans, de l'endroit ou nous sommes, tant que je t'ai contre moi."

L'orage grondait, la pluie s'abattait, le froid pénétrait notre abri, mais rien n'avait d'importance, rien d'autre qu'elle. Plus rien ne sera jamais pareil, lorsque l'on connait le bonheur une fois, on ne le lâche pas. Et mon bonheur c'était Sara. Je ne sais pas comment cette relation s'est construite, mais l'accumulation de sentiments à fait qu'à présent c'est devenue une véritable drogue, un besoin au quotidien pour lequel mon amour ne cessera de grandir. Je devrais lui être reconnaissant d'être venue me voir, pour partager ici notre amour au milieu de nul part, pouvoir l'embrasser, la câliner, je pouvais dire qu'elle me fascinais...

"- Je t'aime du plus profond de mon être. Je reste un peu maladroit, mais depuis presque notre première rencontre avant même qu'on soit opposé, au fil du temps j'ai compris que je t'aimais, et crois moi que c'était une épreuve de plus pouvoir te revoir. Depuis toujours Sara tu m'inspirais, je t'admirais, je ne le niais peut-être, ou peut-être que je n'osais pas, mais j'étais déjà amoureux de toi. On est a présent réunis a nouveau, et crois moi que je ne vais pas te lâcher qu'importe la raison ou les personnes."

Il n'y avait qu'elle qui comptait, personne ne pourrait rivaliser avec. Elle m'obsédait, me hantait. Même dans l'obscurité de la grotte je la voyais, souriante et jolie comme jamais. Mes bras autour d'elle, je pouvais aisément la soulever, et l'embrasser. La tenant fermement, cette fois-ci mon baiser était moins doux, mais bien plus passionné, descendant parfois même dans son cou.





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mar 18 Oct - 3:11


F E A T SVENSSON Erwin


Ses instants volés étaient ce qu'elle avait de plus précieux. Que ce soit dans ce monde ou dans le l'autre, elle n'avait jamais eu le sentiment d'être spéciale aux yeux de quiconque. Elle avait fui tout ce qu'elle connaissait pour vivre en solitaire et cela lui avait jusqu'ici, toujours convenu. Lorsqu'on est seul, on ne laisse personne nous approcher ou nous faire du mal. Pourtant, quand elle avait rencontré Erwin, il ne lui avait pas fallu longtemps pour percer ses défenses. C'était le seul homme avec qui elle savait entretenir une discussion et ce, peu importe le sujet sur lequel il l'engageait. La seule personne avec qui elle pouvait parler ouvertement de tout ce qu'il lui passait par la tête. Elle ne serait jamais jugée entre ses bras, et cette confiance unique et absolue mais surtout réciproque, était tout ce qu'il lui avait manqué au cours de sa jusqu'ici courte vie. Mais tout ça, ce n'était que des pensées lointaine. Au milieu de cette grotte, entre ses bras, seul l'instant présent comptait réellement.

Être ensemble. Quoiqu'il en coûte. C'était une belle idée, mais tellement peu applicable dans la pratique. Dans ce monde, il n'existait aucun moyen de communication comme les téléphone ect. Elle se voyait mal écrire une lettre sans être sûre de qui pourrait poser les yeux dessus avant Erwin. Au final, il n'y avait pas plus de solution que lorsqu'ils s'étaient revus la première fois sur les ruines de l'ancien champ de bataille. Silencieuse, elle l'observait de ses yeux qui maintenant, affichait un air triste. Elle aurait tellement souhaité ne pas penser à ses moments où il n'était pas là. Mais l'orage et la pluie battait encore énormément à l'extérieur de la grotte, elle n'était donc pas prête de repartir et il était hors de question qu'elle le laisse s'en aller par ce temps. Même si les conditions n'étaient de nouveau pas optimale et propice à leur rencontre, elle se sentait simplement heureuse de pouvoir profiter de ses bras, de ses sentiments . Cet endroit était parfait pour cette fois. Mieux valait profiter de ce temps qu'ils passeraient ensemble.

“ - On ne peut pas se montrer au grand jour sans s'attirer les foudres des belliqueux et des avides ... Dit-elle en soulignant l'évidence. “ - Mais j'ai tellement envie ... Besoin de te voir. Tu ne sais pas tout ce que tu représentes pour moi, Erwin. Murmura-t-elle avec douceur. “ - Je sais que là, ici, ce sont les meilleurs instants que je vivrai avant de te retrouver encore, surement à la sauvette, mais on ne peut pas faire comme si nous en avions réellement rien à faire de nos clans, car cela pourrait t'attirer des ennuis, tu pourrais en souffrir et cela me rendrait malade ... Avoua-t-elle en le regardant de ses yeux tristes.

Bien sûr qu'un clan ou l'autre ne comptait finalement pas. Mais si c'était pour qu'il se retrouve dans un sale état, il fallait reconnaître qu'ils étaient obligés de prendre des précautions. Avant, être ensemble était si facile. Maintenant, alors qu'ils n'avaient jamais été aussi proche, c'était comme de s'introduire au musée du Louvre pour y dérober la Joconde. Un curieux sentiment qu'elle n'avait plus connu depuis longtemps remonta son échine. Elle avait peur. Peur de devoir à nouveau se séparer de lui, peur que par sa faute, il lui arrive des choses horribles. Elle ne connaissait pas les pratiques des belliqueux, mais elle se doutait qu'ils ne pardonneraient pas facilement à l'élu de son cœur une quelconque trahison si celle ci venait à se savoir. La prudence dans ce monde, était une chose capitale, et on ne pourrait pas laisser une relation entre Avide et Belliqueux devenir une menace pour cette société en guerre et cette guerre civile. Pourtant, quand il reprit la parole, c'était comme s'il connaissait le fond de sa pensée, comme s'il avait lu dans les profondeurs de son esprit toutes ces choses qu'elle ressassait. D'un ton calme, il balayait tout ses doutes avec ses paroles. Un effet que lui seul pouvait avoir sur la jeune femme.

“ - Je ne m'éloignerais plus jamais ... Dit-elle avec un sourire pour confirmer une promesse qu'elle lui avait déjà faite. “ - Tu as toujours ... Su. Tu sais toujours trouver les mots pour me rassurer, pour m'apaiser. J'ai si peur qu'il t'arrive quelque chose, je ne veux pas te perdre, pour rien au monde, Erwin. Je t'en prie, ne fait rien d'inconsidéré. Je t'aime tellement !

Ses jambes se dérobèrent tandis qu'elle ne sentait plus le sol sous ses pieds. A nouveau, ses lèvres rencontrèrent celle de son amant. Ce baiser n'avait alors rien à voir avec les précédents. La douceur de ses gestes avaient laissé place à l'ardeur et la fougue. Resserrant l'étreinte de ses bras, elle lui rendit passionnément ce baiser, sentant ses lèvres se perdre sur la peau découverte de son cou, la faisant frémir entre ses bras. C'était la première fois qu'elle laissait quelqu'un la toucher de la sorte. Ce serait également la seule personne à qui elle l'autoriserait.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:52, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mer 19 Oct - 5:01






Le Cœur de la foret



Ses paroles à propos de l'évidence ne me plaisaient pas, si je devais faire des efforts je les ferais, même si notre situation semblait difficile, je ne voulais pas me cacher d'elle au péril de ma vie, mon envie était de pouvoir l'enlacer, embrasser et aimer en publique, de pouvoir partager notre bonheur peu importe le lieu en question. J'étais fier d'elle, fier de l'avoir seulement pour moi, il serait difficile de jouer la comédie, elle serait malade si je venais a souffrir, mais loin d'elle je souffrais et me rendais malade tout seul. Elle n'était pas seulement la personne que j'aimais le plus, elle était devenu un besoin, une obsession, elle me hantait, et il me sera difficile à l'avenir de penser a autre chose hormis sa personne.
L'écoutant parler, elle ne voulait pas me perdre, pour rien au monde je ne me mettrais en danger, savoir que je pouvais compter sur son amour me donnait des ailes, une volonté sans nom de rester en vie, me battre, tout ça dans le but de pouvoir l'embrasser a nouveau et lui montrer mon amour grandissant. Continuant a l'embrasser et parfois même mordiller le cou, je ne voulais pas que cet instant s’arrête, je voulais qu'il dure éternellement, je voulais d'une vie meilleure pour nous deux, je la voulais elle. Bien des sentiments et des pensées traversaient mon esprit, tout s'embrouillait, mais tout était positif, tout semblait renforcer l'amour que je lui porte.
Au bout de longues minutes je la reposais, mes doigts se baladaient dans son dos en appuyant un peu et la resserrent par endroit. Continuant ainsi leur parcours. C'était un geste d'appartenance, cette idée qu'elle m’appartienne m'envahissait l'esprit en permanence. Je ne voulais aucune autre, je la voulais elle, et je l'avais, sous mon emprise, dans mes bras.

"- Tu ne peux comprendre ce que je ressens envers toi, je sais que nous ne pouvons peut-être pas nous voir. Sache cependant Sara que sans toi je ne vivrais pas, je ne me suis jamais autant sentis vivant, jamais personne ne m'a apporté ce que toi tu m'apporte, je te le répète encore une fois, tu es unique, tu es ce qui m'es arrivé de mieux, tu es mon idéal. Ton parfum me hante, ta douceur n'a d'égal. Tu es la plus belle femme au monde, et je me fiche de ce que tu peux penser de toi, pour moi tu es la perfection. Je t'aime, et je t'en fais la promesse de n'aimer que toi. Je ne te veux que toi, j'ai envie de toi..."

Et voilà, il suffisait d'un peu de temps pour que le tout sorte, ces quelques paroles ne suffiraient clairement pas à décrire tout ce que j'ai besoin de lui dire, mais c'était déjà bien mieux qu'avant, sans être maladroit, sans m’arrêter, sans paniquer, je venais de lui avouer une bonne partie de mes pensées a son égard. et sans lui laisser le temps de me répondre une nouvelle fois je me collais à elle, la poussant contre l'une des parois de la grotte, mes mains tenant les siennes puis les levant au dessus d'elle. L'embrassant du cou à la bouche, je prenais plaisir de cette situation. Gardant les yeux fermés, je lui fit subir ce supplice pendant un moment. L'orage et la pluie étaient bien loin de nos esprits, l'apocalypse pouvait arriver, je n'en avais que faire. Ma seule préoccupation était de la garder auprès de moi. Ma respiration changeait, mon cœur battait de plus en plus fort, les minutes passaient, je ne m'en laissais pas. Combinez la passion et le véritable amour que l'on ne peut vouer qu'a une seule personne et voilà ce que vous obtenez.
Quelques mots se perdaient...

"- Tu me..fais frémir. Je t'aime Sara..Et je te fais..la promesse..de toujours t'aimer."

Je voulais la déshabiller, prendre entièrement possession d'elle, partager avec elle un plaisir dont nulle autre n'aurait jamais le privilège, lui montrer mon côté possessif que je n'ai jamais eu auparavant. Lui laisser un souvenir unique.
Je m'enlevais doucement en descendants ses mains puis les relâchant, dans la faible lumière de la grotte, mon regarde en disait bien plus long sur mes pensées que tout mots.





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Ven 21 Oct - 3:22


F E A T SVENSSON Erwin


Elle sentit délicatement le sol à ses pieds, il la reposait sans la lâcher, au contraire, il la serrait encore plus contre lui, pressant son corps contre le sien comme s'il comptait ne jamais plus la lâcher. D'habitude, elle détestait que quiconque l'approche, que quiconque la touche. Mais avec lui, tout était si différent. Le contact ne la rebutait pas, au contraire. Elle se sentait entre ses bras, être une autre femme, complètement différent. Sur l'Echiquier, ce sont souvent vos clans qui définissent qui vous êtes et qui vous deviendrez. Ici, perdus dans une grotte au milieu des bois, elle avait le sentiment qu'en etant avec lui, elle pourrait devenir qui elle avait toujours souhaiter être. Elle l'inspirait peut-être, mais il ne semblait pas au courant que c'était lui qui lui donnait la force. Toutes ses pensées, toutes ses envies, motivées par le seul désir de toujours être auprès de lui. Un sentiment très étrange quand on sait que rien d'autre, dans ce monde ou dans l'ancien ne pouvait réellement atteindre son cœur gelé.

Des tonnes de chose passait, repassait dans sa tête tandis que ce baiser fougueux ne semblait, comme elle le désirait, jamais connaitre de fin. Pourtant, elle sentit son visage s'écarter, son souffle devenant moins intense. Elle rouvrit alors les yeux, observant son visage qui semblait plus sérieux encore qu'elle ne l'avait jamais vu. Elle voulut s'offusquer quand il exprima l'idée qu'elle ne pouvait pas comprendre, elle le laissait cependant finir sa tirade, de plus en plus émue, touchée par ses paroles. Elle savait qu'il le pensait, qu'il était vraiment sincère. Elle admirait le courage qu'il avait pour avouer tout ce qu'il avait sur le coeur. L'endroit n'était peut-être pas le meilleur lieu pour ce genre de déclaration, mais elle sentait ce besoin de le dire, le besoin qu'il avait que tout cela puisse sortir, d'être entendu et d'être pris au sérieux. Elle le considéra longuement, hochant la tête imperceptiblement. Ses mains se figèrent autour de lui, elle essayait de feindre une respiration régulière pour calmer les battements bruyants et irrégulier de son cœur. Mais avant qu'elle ait pu amorcer le moindre signe de réponse, elle le sentit prendre une nouvelle fois les devant.

Le tonnerre, la pluie, le vent ... Rien de tout cela n'existait encore autour d'elle. Elle sentit la paroi rugueuse et froide de la grotte dans son dos,  en parfait contraste avec la chaleur et les gestes ardents d'Erwin qui venait de la pousser en l'embrassant. Il s'était emparé de ses mains pour les maintenir au dessus d'elle. Et subitement, elle voyait en lui un tout autre homme, une sorte de prédateur qui avait acculé sa proie dans un endroit d'on elle ne pourrait s'enfuir. Son cœur commença à battre plus fort, plus vite dans sa poitrine. Son esprit s'affolait tant elle ne savait pas comment réagir à son approche. Si elle ne sentait pas ses baisers sur sa peau et ses lèvres, elle aurait pu croire s'être liquéfier. Les gestes d'Erwin la troublaient, lui montrant un désir qu'elle n'avait jamais vu, jamais ressenti à son égard. Ses mots au creux de son oreille la firent frémir, elle aussi, ses mains libres, elle ne savait même pas vraiment qu'en faire. Attendait-il un signe, une autorisation de sa part ? Elle le fixa quelques secondes. Son corps bouillonnait d'envie, il lui avait fallut ce temps pour comprendre qu'elle le voulait aussi.

“ -  Tu sais très bien que je t'appartiens, Erwin ... Souffla-t-elle en croisant son regard.“ -  Je veux être avec toi, à toi. Maintenant, toujours.

Murmura-t-elle en rattrapant l'une de ses mains. Elle croisa son regard et son visage prit quelques couleurs. Elle savait que son esprit, son cœur et même tout son corps désiraient ardemment être avec lui, réclamait, même, qu'il continue comme il avait commencé. Chaque baiser avait été un délice, chaque caresse, chaque étreinte. Pourtant, elle se sentait confuse, l'esprit embrumée par toute ces confidences. Oui, elle était sienne, maintenant et pour toujours.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:51, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Dim 30 Oct - 15:16






Le Cœur de la foret



Nul besoin qu'elle dise qu'elle veuille être avec moi ou à moi, elle l'est déjà et le restera pendant longtemps, n'osant pas en faire plus, malgré toute l'envie que j'avais, je la regardais en souriant, la situation était embarrassante, et pourtant j'étais avec la seule personne que j'aimais, il n'y avait pas de quoi avoir honte, nous devrions en profiter un maximum. Il n'y a pas seulement par des mots qu'on prouve son amour, il y a des gestes et des envies bien particulières qui accompagnent ce sentiment, des choses que l'on peut ressentir uniquement pour une personne que l'on aime, des gestes sincères, des envies d'amour et non plus de simple plaisir. Sans être brutal, je l'aidais a enlever la veste que je lui avais prêté afin qu'elle n'ai pas froid puis la balançais dans un coin pas trop dur de notre abri de fortune, on pouvait à présent s'asseoir dessus, ce n'était pas grand chose, mais toujours mieux qu'un sol froid et poussiéreux. L’entraînant avec moi dessus, je n'avais pas attendu longtemps pour reprendre les baisers, toujours aussi doux qu'avant, ne précipitant pas les choses, bien que l'envie ne manquait pas de le faire...
La tempête, et les dangers étaient bien loin derrière durant cet instant, il n'y avait qu'elle à mes yeux et rien d'autre. Pour une fois je pouvais mettre mes inquiétudes de côté et profiter pleinement. Mes mains se baladaient sur son corps, lui faisant des caresses douces sans vraiment oser toucher les zones plus sensibles.

"- Tu seras toujours à moi, tout autant que je t'appartiens."

Ce petit jeu dura un moment, ou plutôt dura jusqu'à ce que je la renverse tout en faisant gaffe et que je passe au dessus d'elle en la bloquant avec mes jambes. Si j'étais un ennemi, j'aurais pu faire un tas de trucs horribles vu la situation, mais ce n'était pas le cas et mes projets étaient différents. J'osais enfin lui montrer que je la voulais, qu'elle m'appartenait, et que j'aimais bien prendre le dessus également. Mes mains rattrapant les siennes, mes lèvres sur son corps. Je pouvais sentir sa douceur d'encore plus près, et notre rapport devenait bien plus intime qu'avant. Je l'embrassais de partout par dessus ses vêtements, revenant de temps en temps contre ses lèvres, j'aimais ce qui se passait, et j’essayais de faire tout ce que je pouvais afin qu'elle se sente bien, qu'elle se sente en sécurité, qu'elle aussi ai envie. Plus le temps passait, plus j'avais chaud, venant même à oublier l'endroit ou nous nous trouvions, mais cela devait être normal, qu'importe l'endroit, tout ce qui compte est la personne avec qui l'on est. Me relevant un peu toujours en restant sur elle, je prenais la parole, comme pour marquer le début de quelque chose.

"- Je t'aime Sara."

Sans attendre plus longtemps, j'enlevais son haut, lui laissant simplement son sous-vêtement, et me collais contre elle. Bien que mon visage se recouvrait de couleurs, je n'avais pas honte, je n'aurais jamais fais ça avec une autre personne et cela peu importe la raison, ici c'était différent et unique.





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mar 1 Nov - 17:51


F E A T SVENSSON Erwin


Elle était avec lui, il n'y avait rien d'autre à dire. Peu importe à quel point la situation était précaire, elle se sentait bien tant qu'elle était avec lui. Les dangers, la pluie, le froid, tout cela ne comptait pas lorsqu'elle était dans ses bras. Elle profitait du moindre contact. Une sensation étrange de bonheur dans le creux  de la poitrine. Retirant sa veste, il la posa au sol, créant ainsi une petite surfaces pour qu'ils puissent se mettre plus ou moins confortablement. Elle suivit ses gestes, s'asseyant avec lui en posant ses genoux entre ses jambes, face à lui. Ainsi, elle pouvait rester entre ses bras, profitant de chacune de ses caresses tout en passant ses bras, elle aussi, autour de lui. Elle sentait ses doigts caresser son corps avec délicatesse. Elle lui jetait alors un coup d'oeil pour savoir ce qu'il pensait, mais rien dans son regard ne semblait  indiquer quoique ce soit sur le fond de sa pensée, si ce n'est peut-être, les rougeurs sur son visage. Elle lui sourit, embrassant tendrement sa joue, ses lèves son cou .. Un jeu de tendresse et de séduction qui semblait dériver bien vite vers des choses plus sérieuses.

Prenant soin de ne pas être top violent, il renversa la frêle jeune femme sur la veste, lui empêchant le moindre mouvement à l'aide de ses jambes. La jeune femme se sentit une nouvelle fois devenir proie, son esprit était à l'instant présent. Les mains de la personne qu'elle aimait ... Elles n'avaient pas le même contact, contrairement à ce qu'elle avait longtemps cru, rien dans ses agissements ne la faisait se sentir sale, comme à l'époque. Elle avait beau être prise au piège, elle ne se sentait pas menacée. Ses lèvres se baladant sur son corps la faisait frémir à chacun de ses baisers et quand il lui offrait un baiser, elle s'empressait d'y répondre avec fougue. Elle n'avait jamais imaginé que cette première fois aurait lieu dans une grotte, à vai dire, elle n'avait pas imaginé en vivre une un jour. Mais maintenant, elle se rendait compte que peut lui importait l'endroit, ou le contexte, la seule chose qui comptait réellement, c'était qu'elle était avec Erwin. Des rougeurs lui montèrent aux joues quand il lui murmurait ses sentiments. Il avait beau le répéter, elle sentait cette fois quelque chose de différent et d'indéfinissable.

“ - Moi aussi ... Erwin, je t'aime.

Il relâcha alors ses mains, s'emparant de son haut pour e lui retirer. L'air frais de la grotte lui donnait la chair de poule. Elle n'eut pas le temps de se sentir gênée, sentant son partenaire se coller à nouveau à elle. Elle parvenait à sentir son souffle chaud sur sa peau. Passant ses bras autour de lui, elle posa les mains dans son dos, sous la fine étoffe de son t-shirt, d'un geste hésitant. Le bout de ses doigts parcoururent alors la peau de son dos, elle fût étonnée d'y sentir des irrégularités ... Des cicatrices ? Elle se mordit la lèvre. Cessant de bouger ses mains, elle se souvint de ses réticences au toucher. Elle sentait la chaleur de son corps se répandre. Elle était sûre qu'il pouvait entendre chacun des battements affolés de son cœur en train de s'emballer à l'idée de ce qu'il pourrait se passer entre eux à cet instant. Le serrant doucement, elle déposa un baiser dans son cou. Des questions puériles s'insinuèrent dans son esprit, elle savait qu'il aurait pu avoir ce qu'il désirait dans le vrai monde ... Elle lui imaginait tout un palmarès de conquête, doutant d'être à la hauteur de ses attentes. Frissonnant, elle parvint à chuchoter les quelques mots qui n'avait pas encore réussis à franchir le seuil de ses lèvres.

“ - Erwin, T-tu ... Es sûr ?

Des tas de pensée absurde l'angoissait, mais un regard de sa part suffit à calmer ses craintes. Elle l'observa quelques instants, elle savait maintenant, que tant qu'elle serait avec lui, tout se passerait bien. Elle déposa un baiser sur ses lèvres, fermant les yeux en le serrant machinalement contre elle, elle ne souhaitait pas le sentir s'éloigner, bien au contraire. Comme elle l'avait dit, elle lui appartenait, corps et âme.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:50, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mer 2 Nov - 2:24






Le Cœur de la foret



Ses grands yeux écarlates en face des miens, ses lèvres douces comme aucunes autres m'embrassant. Son corps chaud collé au miens, et ses fines mains parcourant mon dos. Voilà ou en était la situation à présent. L'amour laissa place à une confiance absolue, je la laissais me parcourir là, ou nul autre être n'a pu poser ses mains, sur ces horribles cicatrices. Mais Sara n'était pas n'importe quel être, elle m'avait laissée m'approcher d'elle, alors c'était naturel que j'en fasse autant. Malgré tout ses gestes et baiser, je sentais une certaine réticence, peut-être une forme de peur, quelque chose qui la bloquait ? Malgré toute mon envie, je n'avais pas envie de la forcer, je voulais faire ça naturellement, simplement poussé par le désir profond et sincère d'un amour unique que l'on peut sans doute ressentir qu'une seule fois au cours de toute son existence. C'était mon cas, et pour rien au monde je n'aurais voulu gâcher cet instant si précieux. Si un jour on voulait me convaincre qu'un tel sentiment existait, j'aurais rigolé devant la personne, et je pense même que bien peu de personnes ressentent ceci un jour. Dans tout mon malheur, dans toutes mes conneries, j'avais eu cette chance inespérée, cette chance dont on ne se doute pas, et qui vient naturellement, celle de trouver sa partenaire idéale, la personne qui vous correspond, et que jamais nul autre ne remplacera. Combien peuvent se vanter d'avoir pu rencontrer cette personne au cours de leur vie ? Ils auront beau avoir eu dix, cent, mille partenaires, ils ne pourront connaitre ce que je connais à l'instant avec Sara. Me relevant doucement je pris parole sur un ton doux et calme.

"- Si tu as peur, je ne te forcerai pas, je veux partager avec toi quelque chose de naturel et de sincère, je ne veux pas te forcer, mon but est que tu garde un bon souvenir et que tu sois herseuse, je n'irais pas à l'encontre de ta volonté."

J'avais encore bien des choses à lui dire, à lui faire comprendre, mais je voulais qu'elle se rende compte du niveau de confiance que je lui offrais, je voulais qu'elle se rende compte toute seule quelle place je lui attribuais, et je voulais par dessus tout, qu'elle sache, que peu importe le passé ou le futur, à mes yeux l'avenir était déjà tracé, ce sera avec elle et pour toujours. Enlevant à mon tour mon haut pour me retrouver torse nue, je me mettais à égalité.

"- Si tu doute de toi, si tu ne pense pas être à la hauteur, ou si tu n'as pas confiance en toi, sache que moi je n'ai aucun doute sur toi, sur ce que je ressens, sur le fait que jamais personne ne t'arrivera à la hauteur. J'aurais aimé te rencontrer dans un lieu plus approprié, j'aurais aimé croiser ta route bien plus tôt, mais je ne vais pas m'en plaindre, car personne d'autre n'a eu et n'aura l'amour que je porte pour toi."

A peine ce petit discours terminé que je me remettais au dessus d'elle l'embrassant à nouveau, lui laissant plus de libertés qu'avant, des gestes doux, des caresses parcourant lentement son corps, ses cheveux, son visage. Comme je l'avais dis, des choses que je n'aurais jamais fais avec personne d'autre. Me relevant après quelques instants la laissant libre, je voulais savoir si elle voulait vraiment de moi.

"- Libre a toi de décider ce que tu veux, sache juste que pour ma part je veux faire l'amour avec toi, ici et maintenant, je te veux, je veux que l'on marque notre relation pour toujours."

Mon cœur battait de plus en plus fort, j'attendais sa réponse, je voulais savoir si je pouvais me mettre à nu devant elle, et lui faire l'amour comme jamais à quiconque, si elle était prêt, si elle voulait de moi ici et maintenant, si cette soirée allait marquer le début de l'une des plus belles histoires ayant existé.





(c) MEI pour APPLE SPRING



avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Mer 2 Nov - 18:56


F E A T SVENSSON Erwin


Allongée à moitié nue et immobile dans cette grotte, elle observait le visage de son partenaire pencher au dessus du sien. Ses lèvres avaient abandonnées le contact de sa peau blanche. Comment pouvait-il savoir ce qui la perturbait et y mettre des mots si facilement ? Elle savait, bien sûr, qu'il serait incapable de lui faire du mal, et même ici, tant qu'elle était proche de lui, elle se sentait heureuse. Ses mots lui firent grimper le rouge aux joues. Elle ne pouvait lui mentir, elle n'avait certes pas peur, au grand sens du terme, mais elle appréhendait tout de même de vivre cette première fois. Pourtant, pour rien au monde, elle ne partagerait cet instant avec quiconque d'autre que lui. Il ne s'en rendait sans doute pas compte, mais il avait ce don de lui dire les choses qu'elle avait besoin d'entendre. Elle se sentait maintenant rassurée entre ses bras. La peur qui s'était insinuée jusque là s'était évaporer en croisant ses yeux. Elle y voyait toute l'ampleur de ses sentiments, de sa sincérité. Et de voir, de sentir et même d'entendre ce qu'il ressentait la rendait heureuse.

Les battements fous de son cœur dans sa poitrine ne semblaient pas vouloir se calmer, mais maintenant, il battait pour une toute autre raison. S'offrir à lui, c'était l'aboutissement de cette relation qu'ils avaient construit tous les deux. Elle se sentait un peu idiote d'être nerveuse mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Redressant le haut de son corps, il se mit à égalité avec la jeune femme. Elle observait ses gestes de ses grands yeux bleus, parcourant son corps en rougissant. Si elle avait déjà vu des hommes torse nus, cela n'avait rien de comparable à le voir lui. Les circonstances étaient si différentes, elle ne se souvenait pas l'avoir déjà vu autant se mettre à nu, lui qui détestait tout ça, elle se sentait privilégiée, mesurant soudain toute l'étendue de sa confiance, de son amour pour elle. De l'amour et du respect l'un envers l'autre. C'était une relation qu'elle n'aurait jamais avec personne d'autre que lui, elle était convaincue que ce serait lui et personne d'autre.

“ - Je n'ai pas peur ...

Elle était sincèrement reconnaissante qu'il prenne le temps nécessaire pour la rassurer, de lui rappeler encore à quel point il l'aime. Quand il se pencha pour l'embrasser à nouveau, elle répondit à ses baisers plus ardemment qu'elle ne l'avait fait. Ses gestes n'étaient plus si hésitant, elle parcourut lentement sa peau du bout des doigts. L douceur de cet instant lui fit oublié tout le reste, son esprit s'embrumait légèrement dans le feu de l'action, c'était plus son instinct que son raisonnement qui prenait le pas sur ses agissements. Elle ne pouvait pas résister à l'envie qu'il provoquait chez elle. Elle n'aurait pas pu partager ces instants avec une autre personne, non, comme il l'avait dit, ce serait lui, et personne d'autre. Elle se laissait aller à la proximité de ce moment unique qu'ils partageaient, un moment rien qu'à eux. Mais quoiqu'il en dise, elle était contente de tout le cheminement qui les avaient emmené à cet instant précis. Elle se demandait l'espace d'un instant d'où pouvait lui venir toute ces certitudes, mais la réponse, elle la connaissait puisqu'elle non plus ne doutait en rien de ses paroles, de son amour, de tous ces gestes. une confiance absolue et réciproque.

Sentant son corps s'éloigner une nouvelle fois, elle fixa son attention sur son visage. Son visage sérieux la regardait et elle lisait dans son visage toute la véracité de ses paroles. Elle se sentait un peu gênée mais elle savait déjà ce qu'elle voulait, et si elle ne l'avait pas montré jusqu'ici, il fallait qu'elle y remédie pour saluer tout le courage que cela représentait d'avouer tout cela à la personne qu'on aime le plus au monde. A cause de ses doutes stupides, ce moment qui aurait du être naturel l'empêchait de se montrer comme il le voudrait. Se redressant à son tour en s'aidant de ses coudes, elle passa ses bras autour de lui, sa tête venant embrasser son cou, remontant vers son oreille en une multitude de petits baisers. Rien autour d'eux n'existait plus. C'était leur instant. Elle sourit en le serrant doucement, quelques mots, peut-être ceux qu'il attendait, s'empressant de franchir le seuil de ses lèvres.

“ - Je ne voudrai vivre ce moment avec personne d'autre que toi. Tu es le seul qui en a le droit ...

Elle recula son visage pour lui jeter un rapide coup d’œil avant de venir s'emparer de ses lèvres avec avidité. Sa langue ne tardant pas à venir réclamer la compagnie de sa jumelle. Sara se rapprocha un peu plus de lui, resserrant son étreinte. Il avait raison, désirer la personne qu'on aime est quelque chose de naturel. Écartant à nouveau son visage du sien, elle lui sourit en regardant ses yeux. Même si elle n'en était pas certaine au début, elle le voulait. Elle voulait marqué leur relation, renforcer c'est lien qui les unissait par cet acte d'amour pur qu'elle n'offrirait jamais à personne d'autre. Contrairement à lui, elle avait du mal à s'exprimer dans ces circonstances, mais ce dont elle était sûre, c'est qu'elle voulait approfondir les choses, la nature de leur relation, pour toujours.

“ - Je ... J'en ai envie. Je veux partager cette première fois avec toi, ici et maintenant ... Je t'aime Erwin.

Elle lui murmurait ces mots, si elle ne l'avait pas montré jusqu'ici, elle était pourtant convaincue que cet acte ne ferait que renforcer les liens et les sentiments qu'ils avaient l'un pour l'autre. Elle le désirait, plus encore qu'elle ne le pensait. Elle voulait que son corps et ses pensées n'appartiennent qu'à elle, tout comme les siennes lui revenait de droit. Un moment unique qu'ils ne pouvaient vivre qu'ensemble. Dans son regard, il pouvait voir qu'elle le désirait comme elle ne l'avait jamais fait pour personne.



♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:50, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Ven 4 Nov - 3:26

avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Ven 4 Nov - 21:14


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:49, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Sam 5 Nov - 3:27

avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Dim 6 Nov - 4:35


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.


Dernière édition par Sara Andersen le Ven 11 Nov - 4:49, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Jeu 10 Nov - 1:50

avatar
Sara AndersenAdmin
✘ Coups joués : 99
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 100
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  Ven 11 Nov - 7:00


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘


Ne laisse jamais les ombres d'hier, obscurcir la lumière de demain.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Cœur de la forêt | Erwin  

Le Cœur de la forêt | Erwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt morvandelle
» [Gobelins des forêts] Les "Bones Basha"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L’Echiquier :: Lesemmerdeursdeservice :: Forêt vierge & Mangrove :: Mangrove-