Intrigue #1

L'indépendance des Fourbes

Il a suffit d’une nuit. Une seule. Et le fragile équilibre de l’Echiquier a été réduit à l’état de cendres : Les Fourbes viennent de revendiquer leur indépendance. Du côté des Avides et des Belliqueux, c’est la panique totale ce matin, impossible de savoir exactement à quel point les dégâts sont graves, d'autant que certains Fourbes ont été surpris à faire usage de dons... Alors qu'Aquaworld et Trickyland sont sur le pied de guerre, Mazecity est en effervescence, organisant sa première élection afin d'élire son futur dirigeant.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Ce qu'il faut savoir

► Nous sommes en hiver ! N'oubliez pas d'inscrire la date dans vos titres de RPs !
► Avatars de 200x320
► Vous avez un délai de 10 jours pour faire votre fiche.
► Pour prendre un personnage prédéfini, inscrivez-vous sous son nom et envoyez un MP à un administrateur.
► Hentai, yuri & yaoi sont autorisés, mais ce n'est en aucun cas le thème principal du forum ! Néanmoins, même si aucune restriction n'est de mise concernant votre âge, nous vous demanderons d'être âgé de minimum 16 ans pour poster/participer à un RP de ce type (Cfr. règlement pour plus d'informations).
► Votre personnage doit être âgé de minimum 18 ans ! Tout personnage en dessous de cette moyenne d'âge ne pourra pas être validé (cfr. règlement pour plus d'informations).

Nos copains

Petites annonces des membres

Envoie un MP à Sara pour faire passer ton annonce ici ~.
©linus pour Epicode
L'Echiquier



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]

InvitéInvité
MessageSujet: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  Mar 9 Aoû - 18:40

Elle nageait en territoire ennemi. Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas comme si elle avait peur. Ange aimait cet endroit, ce magnifique lagon, malgré les dangers que représentait son emplacement. Malgré le fait qu’elle aurait très bien pu ne jamais en revenir. Mais n’étais ce pas le danger qui l’ excitait ? N’était ce pas le danger qui rendait ce lieu si particulier ? Beaucoup pensaient que la jeune femme n’avait jamais été de celles qui prennent des risques, mais c’était faux. Ils se trompaient. Car Ange prenait des risques, mais assurait toujours ses arrières. La différence n’était pas négligeable, mais elle la rendait encore plus particulière aux yeux des autres Avides.

Par exemple, peu d’entre eux auraient osés se baigner dedans par ce temps. Mais la demoiselle n’avait jamais été de ceux qui hésitent. Il y avait du vent ? Il faisait froid ? Et alors, cela ne fera que renforcer son corps. Bon, le but premier n’était pas de se muscler, ou même de s'entraîner, mais bien de se faire plaisir. Et l’endroit était parfait pour ça.

Laissant ses vêtements au Chasseur, le chien qui ne la quittait jamais, elle entra un pied, puis un autre dans l’étendue d’eau. Piquant une tête, puis deux, puis trois. Savourant ce moment de liberté volée. Goûtant au lagon, comme si c’était la première fois. Mais soudain, le monstre aboya. Le monstre, le sien rien qu’à elle. Se précipitant, Ange se cacha derrière un rocher, regardant parfois au dessus pour tenter d'éclaircir la situation. Son chien commença à grogner, et la jeune femme se sentit fondre. S’il grognait, c’était que l’autre approchait. Bientôt, son chien allait lui sauter dessus, et essayer de le mordre. Qu’il était mignon, à tenter de défendre son territoire.
avatar
Samuel Render
✘ Coups joués : 42
✘ Surnom : SamSock
✘ Don : Faire pousser tout type de fleurs
✘ Localisation : Quel intérêt ?
Date d'inscription : 29/11/2015
Points : 57
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  Mar 9 Aoû - 22:14

Des rugissements étaient poussés à plusieurs reprises tout autour de SamSock. Le fleuriste était complètement piégé. Il était victime d'agressions multiples, d'injonctions terribles, d'une déchéance de son qui lui broyait les oreilles et entrait sournoisement pilonner l'intérieur de son crâne. C'était une tentative de massacre de son cerveau à coup de vrilles. Excédé, épuisé, écrasé par l'environnement dans lequel il se trouvait, il était parti. Loin de tous ces aboiements, ces cris, ces vociférations, ces colères, qu'il partageait, mais qu'il ne pouvait supporter...

"Tous des tocards ces rebelles, de toute façon," Pensait-il, sûrement à raison.

Il pataugeait dans l'herbe épaisse de la forêt, si épaisse qu'il croyait avancer dans de la fange. De la tourbe, forme de déchetterie naturelle. Il eut un soupir, et un petit sourire... C'était le poids lourd de toutes les responsabilités que les Belliqueux n'arrivaient pas à assumer... Leur refus du renoncement était bien trop ancré dans leurs coutumes pour qu'il ne puisse y voir ne serait-ce qu'un seul atome crochu avec l'espèce de réfugié qu'ils accueillaient parmi leurs rangs. Le réfugié en question était SamSock. Par expérience (et pour le coup, le jeune homme était devenu un expert en matière de survie dans un monde parallèle) il savait que la lutte frontale était le moyen le plus rapide pour se précipiter dans le plus terrible des gouffres. Lui s'était assagit avec ses précédentes expériences, il faisait le choix noble de simplement essayer d'exister. C'était déjà pas mal.

Demeurer auprès des Belliqueux avait cela d'avantageux qu'il tombait rarement sur des personnes avec de l'égo, des "sales snobs" comme il aimait les appeler, et avec qui il s'arrangeait pour toujours laisser une crasse hideuse sur leurs beaux costumes bien arrangés, avec finesse et discrétion. En revanche, l'atmosphère du camp rebelle était tout ce qu'il avait de plus horrible.

Une espèce de moiteur dégoûtante, collante, une horreur pour le bon maintien de l'habit. De la saleté. Mais de la saleté ! Et le pire, summum ultime de l'horreur : des grosses bestioles partout. Même à l'intérieur, et qui avaient le chic de très bien savoir se cacher sous le tapis. Des espèces de professionnelles du comportement de petite sale, de quoi arracher les grimaces les plus complexes à exécuter pour le faciès de Samuel, ainsi que des frissons indésirables qui empêchaient pendant un bon moment de dormir.

Enfin : entre les tocards de l'Amazonie et les espèces d'eugénistes fous coincés du bulbe, Samuel avait fait son choix.

Extrêmement difficile d'ailleurs, il faut le souligner : renoncer au confort était un caractère contre nature pour le jeune fleuriste. S'il n'avait pas eu l'astuce de se dégoter les recoins les plus confortables du camp des Belliqueux, il ne faisait aucun doute qu'il aurait déserté dès le lendemain.


Ses pas l'avaient amené dans un endroit tranquille. Le genre de lieu qui n'était pas facile à trouver quand on était entouré de revanchards bruyants.

Doucement, le fleuriste se mit à genoux, près de l'eau. Il ouvrit les mains, et de ses paumes précédemment jointes, il fit naître un nénuphar et le laissa tracer sa route sur les flots silencieux.

Hmm, rectification.

Vaguement silencieux. Quelqu'un était en train de se baigner pas loin, et c'était assez frustrant de pouvoir ressentir cela.

Il donna un petit coup de l'index dans le nénuphar l'aider à avancer un peu. Forcément, les ondes créées dans l'eau par les plongeons proches ne permettaient pas à la petite plante de continuer son escapade sereine.

Bien remonté, presque autant que ses manches, SamSock se dirigeait vers la source du boucan, histoire de comprendre.

Il allait garder en mémoire la tête du coupable, histoire de lui faire chèrement payer son outrage (qui était de rappeler au fleuriste qu'il n'était pas seul au monde) par tous les moyens possibles. Quelque chose d'une ampleur aussi grande que l'affront qu'il subissait actuellement.

Du style lui mettre les mauvais épices dans son plat de midi prochain. Ou cracher sur le savon de cet insolent avant sa douche.

Oui... Il allait faire ça.


Les grognements reprirent. Il était difficile de savoir ce qui était le plus bruyant entre les cris de la bête et le crissement haineux des dents du dandy aux cheveux roses. Se faire surprendre par un gros chien en voulant surprendre un inconnu qui l'avait surpris dans sa retraite... Rien que d'y penser, cela lui donnait mal à la tête.

"C'est ça sale clébard... Avance un peu, juste un petit bond, et je t'éclate la gueule à coup de lattes droit dans la mâchoire. Tu couineras comme une merde après ça."

Ouais... SamSock avait beaucoup perdu beaucoup en retenue depuis son dernier voyage. Cela dit, ces déferlantes de haine restaient encore et toujours limitées à ses pensées. Pour ce qui était de ses actes, c'était encore un autre cas de figure... Il ne bougeait pas d'un cil, droit comme un I.

"Hé... Tu ne veux pas retenir ton molosse ?" Tenta-t-il d'une voix forte, se disant finalement qu'un individu nuisible pouvait bien l'arranger dans la situation actuelle, afin de ne pas se faire déchiqueter le mollet...

Il avait arrangé son timbre de voix pour donner l'impression de maîtriser la situation. Au moins assurait-il pendant quelques secondes.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  Mar 9 Aoû - 23:22


Ange passa la tête par dessus son rocher, telle une sirène. Tel une jeune femme prude, ayant peur du premier inconnu. Mais elle n’était pas prude, pas plus qu’elle n’était naïve. Ne pas lui montrer sa position, avoir l’avantage du terrain, c’était un comportement digne d’une avare. Avoir honte d’être nue ? Qu’elle idée. En tous cas, sa technique ne marchait pas vraiment, l’autre étant dans un angle mort. Pour le regarder, elle devrait s'élever. Et merde. Au moins savait t’ elle qu’il était seul, c’était déjà ça. Mais d’autres étaient surement embusqués, c’était comme ça avec les belliqueux. Ils poussaient comme des champignons.

"Hé... Tu ne veux pas retenir ton molosse ?"

Chasseur lui tenait la jambe, et grognait. C’était un chien étrange, il fallait bien le reconnaître. Petit, trapu, il ne ressemblait à rien, si ce n’est une immondice, tout droit sorti d’on ne sais ou. Moche au possible, il puait, et ne supportait pas ses congénères. Faut dire qu’il se montrait enragé les trois quart du temps, ça aide pas à se sociabiliser. Lui donner de la viande crue en guise de repas avait peut être son incidence aussi, mais Ange avait bien essayé d’autres choses qu’il ne les supportait pas. Comme n’importe qui dans son cas, elle s’était résignée à l’aimer pour ce qu’il était, et cela payait. Le monstre était, avec elle, étonnement gentil. Il se laissait transporter, caresser, laver. Deux erreurs de la nature, ils s’étaient trouvés, et plus jamais, ils ne se quitteraient.  

Chasseur. Mes habits. Maintenant.


L’animal aboya une dernière fois avant d’empoigner les morceaux de tissus. Les traînant dans l’eau glacée, jusqu’à elle, derrière le rocher. En en oubliant une bonne moitié, pour bien faire. Mais cela n’était pas important, l’important, c’était de ne pas bousculer les moeurs des pecnos du coin. Car elle avait beau ne pas être pudique, ils l’étaient bien souvent, eux. Enfilant sa robe trempée, sans le corsage, car le corsage était resté sur la rive, Ange prit dans ses bras l’animal et se hissa avec lui au dessus du rocher. Regardant les alentours pour détailler l’intru, une pierre plate dans la main, prête à s’en servir au moindre signe de danger.

Le trouvant, elle murmura à son chien d’aller vérifier s’ils étaient seuls. L’animal, prit d’un soudain frisson, sauta une nouvelle fois dans l’eau, et nagea jusqu’à la rive, snobant le jeune homme qu’il avait un peu plus tôt alpagué. Chasseur était certes moche, mais il connaissait plein de tours utiles. En le voyant si vindicatif, personne n’y aurait cru. Personne sauf elle. Sa maitresse. Trempée jusqu’aux os, elle le regarda. Non, elle le dévisagea, refusant de trembler. Gardant une grâce, une prestance qui lui semblait propre.
avatar
Samuel Render
✘ Coups joués : 42
✘ Surnom : SamSock
✘ Don : Faire pousser tout type de fleurs
✘ Localisation : Quel intérêt ?
Date d'inscription : 29/11/2015
Points : 57
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  Jeu 11 Aoû - 12:04

Avec le temps, SamSock avait compris comment les choses fonctionnaient dans ces univers comportant leur propre logique.

Le principe était simple : y demeurer restait une torture, parce que l'on n'était pas chez soi.

Et de temps en temps, de belles choses arrivaient, en raison de la singularité de ces endroits, de leur aspect atypique qui leur donnait inévitablement un certain charme.

Tout le sadisme venait de là : ce genre de beautés venaient adoucir la conscience afin que la dureté de ces mondes horribles revienne frapper de plus belle par la suite. Les graines d'espoir étaient subtilement disséminées afin de se distiller dans un océan de souffrance, rendant ce-dernier à peine supportable. L'idée était de faire durer cet affreux manège le plus longtemps possible, avec un déséquilibre de plus en plus grand entre le plaisir et la douleur.

L'habitude de ce système infernal avait aseptisé Samuel face à tout cela. Son instinct, immuable, criait cependant toujours. Et c'était ce qui l'écartait le plus possible de l'ennui. Une barrière stable qui donnerait toujours à ses péripéties leur petit grain de sel, car SamSock ne pouvait pas ne pas vouloir s'en sortir.

Ainsi actuellement, ses tripes lui commandaient de déboîter dès qu'il en aurait l'occasion la mâchoire de la forme animale qui se prenait pour un chien, en plus de se méfier de l'inconnue qui avait surgi d'un rocher. De l'autre, il ne pouvait que s'émerveiller tranquillement.

Il est important de rappeler qu'en dehors des grognements de la créature, le lieu était calme.

Ensuite, le fleuriste était en train de découvrir une autre personne. Il ne savait pas son identité, ses intentions ou quoi que ce soit. Elle était étrange à s'être manifestée comme ça. Silencieuse, droite et vêtue à la manière des nymphes. Une nymphe du pauvre, mais une nymphe quand même.

Sans qu'il ne puisse y résister, Samuel plissa les commissures de ses lèvres, en un sourire minuscule : s'exprimer franchement ne lui était possible que lors de situations bien particulières, et le recul qu'il cherchait à prendre sur la vie tamisait son ressenti dans les moments de bonheur.

C'était peut-être une ennemie. Une manipulatrice qui savait ce qu'elle voulait. Une folle. Ou une illusion. Dans sa tête, les pensées de SamSock construisaient : "C'est ça, Monde. Vas-y, montre-moi un de tes nouveaux tours maintenant. J'ai hâte de voir ce que tu caches derrière tout ça..."

Son parcours se résumait en fait à une chasse au trésor de l'amertume. Un besoin insatiable de combattre, de traquer et de trouver tout ce qui allait pouvoir lui faire du mal, ou le consoler pour mieux le blesser. Plus il cherchait à s'emparer de son existence, plus il ne contrôlait rien.

Cela lui changeait un peu de faire face à une personne qui disposait d'un tel silence.

Le fleuriste sentait cet effet dans ses boyaux. Ce n'était pas le silence haineux des Belliqueux qui s'accrochent à leurs rêves comme un condamné s'accroche aux chaînes de sa cellule pour ne pas être amené sur le billot. C'était ce qu'il appelait un grand silence. Un vide immense, l'existence qui prend conscience de sa petitesse, de sa faible place dans le monde. L'aspect qui donnait à la vie son intérêt : un petit être ridicule qui pourtant éprouve des sensations d'une ampleur sans nom. SamSock se disait que la fille avait de cela en elle. Cela leur faisait un point en commun.

"T'es pas d'ici, toi, non ?"

Il avait poussé sur les cordes vocales presque dans le seul but d'opposer ses sons à l'immensité de la baie formé par le lagon.

Son regard tenait bon face à celui de l'insolite personne. En dépit de la fermeté de cet échange, SamSock ressentait cela comme une caresse.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  Jeu 11 Aoû - 13:21

Il resta là, grand et droit. L'observant comme elle l’observait, dans un silence qui bientôt, commença à devenir pesant. Elle même ne pouvait le rompre, occupée qu’elle était à le détailler. Occupée qu’elle était à rester digne. Pourtant, pourtant, il en voulait plus. Faible humain qu’il était, il voulait le rompre, et commencer à discuter. Ce silence au delà des factions, au delà des problèmes de pions. Alors, doucement, calculant tous ses gestes, elle se pencha en avant. Les deux mains sur rocher, un sourire innocent sur le visage, se tournant un peu, pour lui montrer ses ailes de façon naturelle. Comme si sa position de départ n’était plus assez confortable. Un profil de trois quarts, pour continuer de jouer. Pour continuer de l’observer.

- Pas vraiment... et toi ?

N’entendant pas Chasseur aboyer, l’ange se rendit compte qu’ils étaient seuls. Elle pouvait donc se détendre, car il ne semblait pas armé. Si jamais il l’avait été, ou s’il avait l’intention de la tuer, la jeune femme ne se serait pas laissée faire, et aurait également attaqué. Mais son interlocuteur ne semblait pas enclin à de telles pratiques, elle avait beau ne pas le quitter des yeux, guettant un geste, n’importe quoi, qui l’aurait incitée à se battre, son instinct lui disait que c’était inutile. Ce dernier avait rarement tord, mais les vieilles habitudes avaient la vie dure. Revêtir cette peau d’innocence était comme une seconde nature. Peu de gens iraient jusqu’à soupçonner une femme aussi fragile, et cela lui servait au quotidien.

Lâchant un petit soupir, Ange attrapa la serviette qu’elle avait posée non loin. Elle se tamponna le visage, puis commença à se sécher les cheveux. Ces longs cheveux qu’elle prenait tant de temps à bichonner. Roulant le morceau de tissu autour, elle le posa sur sa tête, comme le ferait un suzerain indien. Pour ne pas les laisser traîner, pour ne pas attraper la mort, malgré ses habits trempés.

- Je suis Ange de Saint Hiver

Pourquoi parler, pourquoi lui donner son nom ? la jeune femme l’ignorait, car il n’était pas dans ses habitudes de se dévoiler en premier. C’était peut être la beauté du lagon qui la rendait plus bavarde, c’était peut être la perspective de ne pas avoir à le tuer plus tard qui lui permettait ces folies qu’en temps normal, elle ne se serait jamais permise. Cet endroit enchanteur, elle aimait se sentir vivante en son sein. Elle aimait à se baigner, quitte à ne pas pouvoir le quitter. Quitte à devoir se faire exécuter, si jamais ou l’y trouvait. Mais à ses yeux, ce n’était pas grave, rien ne l’était, quand on pouvait profiter d’une telle merveille. Alors, face à lui, face à celui qui avait réussi à la trouver, Ange avait fait le premier pas. Le premier d’une longue lignée.
avatar
Samuel Render
✘ Coups joués : 42
✘ Surnom : SamSock
✘ Don : Faire pousser tout type de fleurs
✘ Localisation : Quel intérêt ?
Date d'inscription : 29/11/2015
Points : 57
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  Mar 23 Aoû - 11:15

C'était le moment de rester béat, admiratif.

Il avait voulu lui répondre mais elle l'avait pris de cours en lui donnant son nom.

Petite étiquette, petit billet pour essayer d'acheter la confiance. Cette piètre tentative fit sourire Samuel. Il se sentait devenir avenant.

L'idée que tout ceci ne soit qu'un nouveau piège cherchant à le décevoir sonna puissamment au fond de lui, mais son écho était silencieux, ou étouffé par la volonté du fleuriste de s'accrocher à ce ridicule morceau d'espoir.

De toute façon il savait pertinemment qu'il était incapable de résister à la tentation de vouloir s'en sortir. De reconstruire quelques bouts d'avenir, en dépit de tout. En dépit des fous…

Il laissa parler l'esthète et fit fi de l'alerte dans sa tête. Sans cesser de détailler tous les traits de cette idole qu'il avait face à lui, il hocha positivement du faciès.

"Super beau. Moi c'est SamSock."

Mensonge ! Mensonge ! Mais tant pis. Ce n'était pas l'entière vérité. C'était cependant sous ce pseudonyme que Samuel souhaitait être appelé. Quelle importance dans ce cas...

Ce surnom formait une autre attache, une nouvelle barrière insipide, douce avec l'esprit, qui différenciait son lui réel et son autre lui, celui qu'il était à chaque fois qu'il tombait dans un ailleurs. Cela faisait deux fois maintenant, alors il lui semblait légitime d'arborer ce blason.

L’Échiquier n'était pas la première route infernale qu'il avait emprunté dans sa vie. Comme si se dire tout cela suffisait à rejeter toutes les fautes du fleuriste sur ces mondes pervers et détraqués.

Le temps qu'il pense, il était déjà de retour : le silence.

"Et t'es là pour faire quoi alors, tu bosses pour un clan ou quelque chose ?"

Il ne put s'empresser d'ajouter :

"Les conflits entre factions j'en ai rien à foutre."

Justification vulgaire, besoin de préciser, pour ne pas vexer, pour se rapprocher...

Une forme de charme se distillait progressivement dans sa conduite. Le besoin de donner suite à cette rencontre.

De se faire une amie.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  Sam 27 Aoû - 1:17

Ange lui adressa l’un de ses rares sourires, et se permit même de rire un peu. Travailler dans un clan, quelle idée saugrenue. C’était plutôt du bénévolat. Une cause qu’elle avait épousée, à défaut de pouvoir la partager. Elle tourna vers lui ses yeux de biche, rieurs, joueurs. Elle se tourna vers lui, et tourna un peu la tête. Incarnant l’idée même d’une innocence devenue rare par ces temps troublés.

Alors, elle se leva, faisant ruisseler sur le rocher ses habits trempés. Le regardant de haut, ses ailes d’anges bien dépliées. Charmant. Quand bien même son apparence semblait étrange, il y avait en lui ce charme indéniable des gens qui n’ont plus rien à perdre. De ceux qui vivaient sans penser aux autres, qui pouvaient les sacrifier pour s’enfuir sans se retourner. Un charme dangereux, mais oh combien intéressant. Était t’ il comme elle ? Un monstre sous la pelisse d’un agneau ? Ange aurait certainement donné cher pour le savoir.

Elle plongea dans l’eau avec la grâce d’une sirène, et arriva rapidement près du bord. Près de lui. Être plus près était mieux, au moins, une arme à distance serait moins efficace. Soyons francs, une balle ne pourrait jamais traverser sa boîte crânienne, car Ange était incassable, peut importe l’os qu’on pouvait viser, mais bon dieu, ce que ça pouvait faire mal un projectif bien envoyé. Et puis, ça laissait des traces sur le front. Une blessure nette, de quoi douter un instant de sa religion. Non, le corps à corps était mieux, au moins, elle pourrait le cogner sans se soucier des répercussions. Après, il fallait voir son pouvoir, s’il en avait un. Il semblait être un fourbe, mais Ange n’aurait pas parié dessus. Elle ne savait rien de lui, et il était temps d’aller à la pêche aux informations. Ses pieds nus écrasant les coquillages dans le sable au lieu de la blesser, elle arriva sur le rivage, et essora sa robe.

- Enchantée, Sansock. Je viens souvent nager ici, mais je tombe rarement sur de la bonne compagnie.

Pourquoi ne pas lui dire qu’elle était avide ? Peut être pour ne pas briser cet étrange moment qu’ils essayaient de partager. Ange ne savait pas trop. Ange n’ essayait déjà plus de réfléchir. Le silence était trop imposant, et, se déplaçant dedans, elle se croyait héroïne d’une histoire qui n'appartiendrait qu’à elle. Mais la réalité vint trop vite la frapper, la sortir de cette torpeur qu’il avait suscité. Son chien venait d'aboyer. Ils n’étaient désormais plus seuls.

Plus rapide que l’éclair, la jeune femme agit. Plus tard, elle même ne saurait répondre à cette question cruciale, à savoir pourquoi elle l’avait embarquée. Pourquoi elle ne l’avait pas planté là. Ange ne saurait dire ce qui lui avait prit, le charme du lieu, sans aucun doute. Mais elle lui prit la main, et couru s'abriter derrière un grand rocher. Dans le feuillage d’un bosquet. Épiant les nouveaux arrivants comme si ce n’était qu’un léger retardement.
avatar
Samuel Render
✘ Coups joués : 42
✘ Surnom : SamSock
✘ Don : Faire pousser tout type de fleurs
✘ Localisation : Quel intérêt ?
Date d'inscription : 29/11/2015
Points : 57
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  Sam 18 Mar - 12:27

Samuel fut emporté par la surprise, le vent et l’ondine.

Une fois à terre, plus projeté par le mouvement puissant d’Ange que par son initiative, il encaissait toutes les réactions au chapelet d’évènements qui venait de l’assaillir. Les aboiements distants, les mouvements lointains, la robe, pleine d’eau, volatile comme un drap de fantôme. La main de l’Ange contre la sienne, la sensation des deux peaux, l’une chaude et l’autre humide. De quoi faire une petite vapeur d’émotions.

Pour le coup, le fleuriste pouvait vraiment le dire : « Saloperie de rebelles… » Même si ces propos restèrent cantonnés à une petite pointe de haine logée dans le fond de son esprit.

Il reconnaissait vaguement les Belliqueux qui étaient venus se manifester là où il pensait être tranquille. Ce n’était vraiment pas de veine : on venait de casser sa poésie. Maintenant, il était contraint de se cacher de leur regard, accompagné d’Ange tel deux jeunes amoureux incapables de faire face au jugement de leurs camarades de classe. Quelques nuances à cela tout de même : le duo était un duo d’inconnus et les camarades de classe étaient susceptibles de tuer les traîtres à vue.

Mais, encore une fois (et la vie était décidément pleine de surprises), comme Samuel réalisait que les figures belliqueuses l’étaient bel et bien, mais pas dans le bon sens du terme, il pouvait être en droit de douter de la bonne fois de ses prétendus coéquipiers.

C’est-à-dire qu’il ne reconnaissait pas tout le monde. En soi ce n’était pas grave : SamSock n’avait pas envie de s’attarder sur toutes les personnes composant un groupuscule auquel il n’adhérait pas. C’était tout à fait normal que plusieurs figures échappent à son entendement, mais pas que ces figures censées faire partie de son camp échangent des informations vraisemblablement dérangeantes.

Dérangeantes parce que les apparences présentaient des belliqueux occupés à discuter avec une fourbe.

Le fleuriste gonfla les joues, et les fit ensuite rapidement se dégonfler en entrouvrant les lèvres, dans un discret bruit de crevaison. Sa tête tourna en direction d’Ange et ses yeux suivirent pour interroger sa camarade.

Son regard était à la fois empli d’interrogations nerveuses, et mort, amorphe : lassé de devoir encore d’investir malgré lui dans des histoires granguignolesques dont il n’avait que faire.

♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]  

Et pourtant, nous n'étions pas du même clan [Sam et Ange]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tout nous sépare et pourtant, nous sommes si proche. [PV] TERMINE
» (F) SCARLETT JOHANSSON + nous n'étions pas fait pour cette vie
» My Fairy Tales ♠ Vous Pensiez que nous n'étions que des Contes? [Acceptée]
» Si nous n'étions pas tous fous, nous deviendrions tous dingues~ /Terminé/
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L’Echiquier :: Lesemmerdeursdeservice :: Lagon-