Intrigue #1

L'indépendance des Fourbes

Il a suffit d’une nuit. Une seule. Et le fragile équilibre de l’Echiquier a été réduit à l’état de cendres : Les Fourbes viennent de revendiquer leur indépendance. Du côté des Avides et des Belliqueux, c’est la panique totale ce matin, impossible de savoir exactement à quel point les dégâts sont graves, d'autant que certains Fourbes ont été surpris à faire usage de dons... Alors qu'Aquaworld et Trickyland sont sur le pied de guerre, Mazecity est en effervescence, organisant sa première élection afin d'élire son futur dirigeant.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Ce qu'il faut savoir

► Nous sommes en hiver ! N'oubliez pas d'inscrire la date dans vos titres de RPs !
► Avatars de 200x320
► Vous avez un délai de 10 jours pour faire votre fiche.
► Pour prendre un personnage prédéfini, inscrivez-vous sous son nom et envoyez un MP à un administrateur.
► Hentai, yuri & yaoi sont autorisés, mais ce n'est en aucun cas le thème principal du forum ! Néanmoins, même si aucune restriction n'est de mise concernant votre âge, nous vous demanderons d'être âgé de minimum 16 ans pour poster/participer à un RP de ce type (Cfr. règlement pour plus d'informations).
► Votre personnage doit être âgé de minimum 18 ans ! Tout personnage en dessous de cette moyenne d'âge ne pourra pas être validé (cfr. règlement pour plus d'informations).

Nos copains

Petites annonces des membres

Envoie un MP à Sara pour faire passer ton annonce ici ~.
©linus pour Epicode
L'Echiquier



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Nous devions nous rencontrer, pas nous battre, mais parler [Jaja et Ange]

InvitéInvité
MessageSujet: Nous devions nous rencontrer, pas nous battre, mais parler [Jaja et Ange]  Ven 12 Aoû - 18:46

Elle courait, son chien gémissant dans les bras. Oh, il ne pleurait pas pour lui, pour les blessures qu’il aurait pu récolter au cours d’un combat lambda, mais pour sa maîtresse. Sa maîtresse qui, pourtant, refusait de le lâcher. Elle le savait terrifié, apeuré par la force qu’elle employait à le protéger. Et pourtant, pourtant, elle continuait de le serrer, comme si le garder près d’elle éloignait la douleur, la folie qui menaçait de la ravager. L’animal lui lécha les doigts, la regardant d’un air implorant, mais Ange ne décèlera pas. L'hôpital, elle devait aller à l'hôpital.

Sans soins appropriés, elle se savait condamnée. Bientôt, ses ailes s'infecteraient. Bientôt, on essayerait de l’amputer. Ange le savait, elle ne pourrait survivre à une telle issue. Ses ailes, trop fragiles, méritaient une attention constante, les couper serait comme se suicider. En aucun cas, il ne fallait qu’elles ne mettent à saigner. En aucun cas, elle ne devait se relâcher. Alors, quitte à devoir traverser un camp ennemi, quitte à devoir tuer pour y arriver, il lui fallait arriver dans l'hôpital. Seul lieu ou elle pourrait être soignée.

Enfin, c’était dans le cas ou elle pourrait en ressortir vivante, le lieu grouillant d’ennemis prêts à la tuer. Non, pour s’en sortir, il fallait agir comme un fourbe, comme un belliqueux. Il fallait duper les médecins, les infirmières. Il fallait tromper tout le monde, et s’enfuir le plus rapidement possible, loin, très loin de cet endroit miné.

Cachant Chasseur dans sa chemise - ça ne dupait personne hein - elle alla à l'accueil, et prit un ticket. Attendant patiemment son tour, se plaçant à côté des autres à examiner. Essayant de se faire toute petite, le temps qu’on regarde ses ailes qu’elle avait, le plus délicatement possible, bandées. L’exercice lui avait arraché des larmes de douleur, mais elle n’avait pas eu le choix. Préférant les cacher, les maintenir ensembles, plutôt que de les laisser à l’air libre. Plutôt que se blesser davantage. Quand on l’appela, elle se leva avec un soupir de soulagement, et entra dans la salle qu’on lui avait attribuée.





InvitéInvité
MessageSujet: Re: Nous devions nous rencontrer, pas nous battre, mais parler [Jaja et Ange]  Ven 26 Aoû - 13:46

Nous devions nous rencontrer, pas nous battre, mais parler

Tout était  noir. Désespérément noir, même.  Et il avait mal. C’était ça le plus dérangeant : la douleur. Il avait toujours eu des difficultés à la gérer, enfin quand il ne s’agissait pas de se coudre la peau. Il ne souvenait plus trop de ce qui était arrivé, il allait rentrer quelque part, un endroit avec du sable, beaucoup de sang aussi. L’arène. Voilà, il était tout guilleret à l’idée d’en découdre avec un avide et c’est là qu’il s’était retrouvé face à elle. La salope. Il n’avait pas vraiment compris comment c’était arrivé mais c’était arrivé quand même et la môme fragile était passée en l’espace de quelques minutes de gentille petite proie à garce déchainée et à tendances psychopathes. Elle lui avait planté la cuisse bordel de dieu ! Sa cuisse…

Elijah se réveilla brusquement et retira les draps d’un geste sec. Elle était toujours là. Sa jambe était toujours là. Bandée, soignée et lui, il était toujours vivant. Il se laissa retomber dans un bruit sourd sur son oreiller et jeta un coup d’oeil autour de lui en plissant le nez à cause de l’odeur aseptisée. Des murs trop blancs, sa blessure soignée, le lit confortable mais pas trop… L’hôpital.  Un frisson lui traversa l’échine tandis qu’il plongeait le nez sous ses couvertures : l’australien détestait cet endroit. Surtout l’odeur. Cette odeur médicale et propre à la fois, ça lui donnait toujours la nausée. Il n’avait jamais aimé ces endroits. Jamais. Et ça ne changeait pas avec son arrivée sur l’Echiquier. Il n’avait encore jamais mis les pieds dans l’endroit, l’évitant soigneusement comme la peste, préférant se soigner seul plutôt que de poser un orteil dans les bâtiments. De terribles rumeurs courraient à leurs sujets, on disait que certains pions ne ressortaient jamais vivants d’ici.  Bien sûr, Elijah n’accordait aucun crédit à ces contes pour bonne femme mais… c’est vrai que la patient dans le lit d’à-côté n’avait pas l’air au sommet de sa forme. Et l’infirmière là-bas avait des airs de ressemblance avec une tueuse en série. Bon, les rumeurs disaient aussi que les pions disparus étaient très souvent des Avides, l’hôpital se situant du côté de la forêt. Leur territoire. Ça avait des avantages d’être un Belliqueux finalement. Mais pas question de faire de vieux os ici pour la cause.

Elijah se leva après que l’infirmière tueuse en série soit venue jeter un dernier regard sur sa blessure avant d’accepter de le laisser partir. Il ramassa sa veste sur la chaise en face de la fenêtre et se précipita presque sur la sortie. Au moment où il allait tourner la poignée de la porte pour sortir de cet enfer, le cauchemar prit des proportions absolument terrifiantes quand une gamine blonde aux ailes d’anges avec un chien mourant dans les bras apparut sur le seuil.

Putain de merde,  le monstre et la tarée, pensa-t-il avant de refermer brusquement la porte sur le nez de ces derniers et d’aller se terrer dans le fond de la chambre. Peut-être qu’une sortie par la fenêtre était une meilleure idée finalement. Il détestait vraiment les hôpitaux…

ft. Ange

Nous devions nous rencontrer, pas nous battre, mais parler [Jaja et Ange]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UC] "Nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'à la fin, nous nous déguisons à nous même" F. de la Rochefoucauld
» Loreena&Gideon ▬ L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe. ♥ [END]
» Défi chasseur: nous chassons ceux qui nous chassent
» Dana ~ il n'y a pas de destin, mais ce que nous faisons
» [PV Krocq] « nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'à la fin, nous nous déguisons à nous même »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L’Echiquier :: Lesemmerdeursdeservice :: Hôpital-