Intrigue #1

L'indépendance des Fourbes

Il a suffit d’une nuit. Une seule. Et le fragile équilibre de l’Echiquier a été réduit à l’état de cendres : Les Fourbes viennent de revendiquer leur indépendance. Du côté des Avides et des Belliqueux, c’est la panique totale ce matin, impossible de savoir exactement à quel point les dégâts sont graves, d'autant que certains Fourbes ont été surpris à faire usage de dons... Alors qu'Aquaworld et Trickyland sont sur le pied de guerre, Mazecity est en effervescence, organisant sa première élection afin d'élire son futur dirigeant.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Ce qu'il faut savoir

► Nous sommes en hiver ! N'oubliez pas d'inscrire la date dans vos titres de RPs !
► Avatars de 200x320
► Vous avez un délai de 10 jours pour faire votre fiche.
► Pour prendre un personnage prédéfini, inscrivez-vous sous son nom et envoyez un MP à un administrateur.
► Hentai, yuri & yaoi sont autorisés, mais ce n'est en aucun cas le thème principal du forum ! Néanmoins, même si aucune restriction n'est de mise concernant votre âge, nous vous demanderons d'être âgé de minimum 16 ans pour poster/participer à un RP de ce type (Cfr. règlement pour plus d'informations).
► Votre personnage doit être âgé de minimum 18 ans ! Tout personnage en dessous de cette moyenne d'âge ne pourra pas être validé (cfr. règlement pour plus d'informations).

Nos copains

Petites annonces des membres

Envoie un MP à Sara pour faire passer ton annonce ici ~.
©linus pour Epicode
L'Echiquier



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)

avatar
Alice LiddellAdmin
✘ Coups joués : 158
✘ Surnom : l'Étourdie
✘ Don : Maitrise de la réalité
✘ Liens : Wonderland
Alice's World

✘ Localisation : Aquaworld
Date d'inscription : 27/10/2015
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Ven 30 Oct - 14:33

détails
Toc. Toc. Toc.
De l'utilité d'être dérangée par un si bel après-midi
ft. William E. Kuryan
Ʃkaemp はは ™

Aujourd’hui était une bonne journée. A vrai dire, c’était même le jour le plus parfait qu’elle avait eu depuis des mois. Cinq nouveaux pions étaient arrivés sur l’Échiquier et trois d’entre eux étaient venus renflouer les rangs des Avides. Elle avait bien pu narguer Lawrence  et le faire sortir de ses gonds. Et ça, c’était bon. Diablement bon. Encore meilleur qu’un chocolat chaud remplit de marshmallow devant un feu de cheminée un soir d’hiver. Alors elle était présentement aux anges. Peut-être même un peu trop euphorique. C’est ce qui avait dû énerver Green parce qu’il était parti comme un beau diable avec son unique pion sous les yeux moqueurs d’Alice et de Charles. Elle l’aimait bien Charles d’ailleurs. Surtout quand il avait commencé  à se payer la tête du chef des Belliqueux. Il n’y avait rien de plus jouissif que d’avoir un allié dans la noble tâche d’emmerder ce crétin de Green. Et puis Charles avait également pris congé avec sa nouvelle recrue, lui aussi, et elle s’était retrouvée en tête-à-tête avec ses jeunes pions tout beaux, tout frais. Du sang neuf. C’était beau. Elle en aurait presque versé une petite larme d’émotion pour la peine. Elle devrait bientôt leur faire visiter l’Échiquier mais pour l’heure, de la paperasse l’attendait et elle devait s’y coller. Il y avait tant de lettres à faire parvenir à la réalité. Tant de petits pions en devenir à faire venir dans son beau jeu. La visite touristique du lieu attendrait. Après tout, il n’y avait rien de plus important aux yeux d’Alice que d’envoyer ses précieuses pièces dans l’autre monde. C’était comme ça qu’elle s’assurait que le jeu persiste. Et il n’y avait rien de plus important que la survie du jeu, n’est-ce pas ?

Elle invita donc les nouveaux à visiter par eux-mêmes le manoir et les poussa à se rendre dans Aquaworld tout en leur précisant bien de ne pas tenter de parvenir à la cité flottante par leurs propres moyens. Il aurait été dommage que l’océan les avale à peine arrivés dans ce monde après tout. Elle leur fixa rendez-vous à 16h45  au port tout en leur recommandant bien une fois encore de ne pas s’approcher trop de l’eau et les expulsa de son bureau. Elle regarda l’horloge au mur et soupira. 14h56. Ça lui laissait un peu moins de deux heures pour terminer tout ce qui devait l’être. Elle allait devoir carburer.

La jeune femme se servit une tasse de thé et s’attela finalement à la tâche. Elle trempa sa plume dans son encre verte et commença à écrire le nom du destinataire de sa plus belle écriture. Elle prit soin de glisser dans l’enveloppe une pièce de jeu, regarda une mouche passer en soupirant, et scella la précieuse missive à l’aide de cire rouge et de son cachet. Elle mordilla le bout de sa plume un instant, refit du thé, bu une nouvelle gorgée et répéta le procédé pour dix autres lettres tout en rayant les noms sur sa liste au fur et à mesure que les enveloppes étaient prêtes à être envoyées. Elle s’amusa un instant tandis qu’un grand sourire vint se loger sur son visage alors qu’elle s’imaginait tel le Père Noël, rayant les enfants sages de sa liste à chaque nouveau jouet terminé. Après tout, elle était un peu comme ce grand barbu, elle distribuait de la joie à tout va. Ce n’était pas de sa faute si tout le monde n’appréciait pas son cadeau.

Alice sursauta alors qu’on frappait soudainement à la porte. Elle lança un regard suspicieux vers cette dernière avant d’ouvrir un tiroir, d’y ranger les lettres puis de fermer celui-ci à double tour. Elle glissa la clé dans sa poche et lança d’une voix claire un « entrez ! » plutôt mécontent. Un de ses pions entra et avant qu’elle n’ait le temps de lui dire sèchement qu’elle détestait être dérangée quand elle faisait quelque chose d’important, lui annonça qu’un certain monsieur Kuryan était là et voulait la voir. La jeune femme fronça les sourcils, intima au pion l’ordre de faire patienter son visiteur et lui lança un regard mauvais jusqu’à ce qu’il sorte de la pièce. Elle se leva ensuite brusquement, ouvrit le tiroir pour en sortir les lettres, fit tourner un tableau sur lui-même et s’enfonça dans la pièce dérobée qui apparut sur le mur gauche. Elle confia ses précieuses missives à quelqu’un tapi dans l’ombre en lui répétant les même consignes qu’à chaque fois et ressortit précipitamment de la pièce cachée en refermant la porte. Alice alla ensuite trouver le pion qui l’avait dérangé peu auparavant en lui faisant savoir qu’il pouvait faire entrer son visiteur. Finalement, elle venait à peine de se rassoir sur son siège qu’un nouveau coup se fit entendre sur la porte et que ledit visiteur, William Kuryan, apparut. Elle lui lança un sourire enfantin en lui faisant signe de s’asseoir sur le siège en face d’elle et rangea sa plume ainsi que son encrier sur le coin gauche de son bureau.

- Monsieur Kuryan, que me vaut le déplaisir d’être dérangée par une si belle après-midi ?


Hors-sujet.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Merci Sara ♥️
Je domine le monde en #669966
avatar
William E. Kuryan
✘ Coups joués : 17
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Sam 31 Oct - 15:02



Toc toc toc...

« »


L'échiquier un monde parfait enfin en quelque sorte, quand plus rien ne vous retiens dans le monde réel. Le seul problème est que l'on peut mourir ici également mais, nous somme libre du moment qu'on est du bon côté de la barrière, bien évidemment et ceux bon côté et celui des Avides qui servent et protège l'échiquier de c'est Belliqueux qui ne connaisse pas le mot reconnaissance et cherche à détruire Alice Liddell et par conséquent l'échiquier puisqu'elle en est la créatrice.  Mais, peu importe, ma journée s'annonçait sous les meilleurs auspices, un ciel bleu sublime et un soleil bien présent et une température plus qu'agréable. De plus dans la soirée j'avais enfin découvert le don qu'on m'avait accordé et une petite entrevue avec la reine s'imposait selon moi.  Je me suis donc préparé et pris la direction du bureau de celle-ci.
Arrivé au bureau je suis tombé sur un Pion qui mit mes nerfs à rude épreuve. Après cinq minutes de discussion celui-ci accepta d'aller prévenir la reine, après que je lui ai donné mon nom celui-ci revient quelque seconde  me disant d'attendre ce qui me fit lâche un soupire d'agacement. Après quelque minute attentes la personne me dit qu'Alice était prête à me recevoir. Je me suis donc dirigé vers la porte du bureau de celle-ci frappant avant d'entrer.  Je prie place sur la chaise en face de la jeune femme écoutant ce que la demoiselle, ce qui me provoqua un rictus dans le coin des lèvres.


- Monsieur Kuryan, que me vaut le déplaisir d’être dérangée par une si belle après-midi ?


-Cela est très simple et ce que j'ai à vous dire va surement vous intéresse très chère Reine.  Hier soir j'ai découvert qu'elle était mon don.

J'ai placé mes pieds sur le bureau comme-ci celui-ci m'appartenais  laissant planer un petit silence réfléchissant si le mieux était de lui faire une petite démonstration de mon don ou bien au contraire lui dire directement, après tout pourquoi choisir je n'ai qu'à lui faire une petite démonstration après lui avoir dit et puis voilà tout.

Mon don ma chère Reine et des plus simples, même vous vous pouvez comprendre mais, je vais utiliser des mots simples pour être certain que vous compreniez bien.  Je peux forcer une personne à faire ce que je veux en la regardant simplement dans les yeux. Mais, rien ne vaut une démonstration, si vous voulez bien appeler votre  secrétaire. Il serait ennuyeux que vous en fassiez les frais n'es pas ma très chère Reine.

Je dois avouer que je jubilais légèrement d'avoir cette chère Alice dans le creux de ma main même si ce n'était qu'un court instant que celle-ci me fera surement payait cette insolence et cette familiarité mais, en cet instant je ne pensais aucunement aux conséquences, je ne voyais que l'opportunité de  lui faire peur et  que nul n'est réellement à l'abri dans ce jeu gigantesque et que les réglés s'applique également à celle-ci. Et pourquoi pas en retiré quelque privilège.  



Dernière édition par William E. Kuryan le Ven 27 Nov - 21:01, édité 1 fois
avatar
Alice LiddellAdmin
✘ Coups joués : 158
✘ Surnom : l'Étourdie
✘ Don : Maitrise de la réalité
✘ Liens : Wonderland
Alice's World

✘ Localisation : Aquaworld
Date d'inscription : 27/10/2015
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Sam 31 Oct - 17:26

détails
Toc. Toc. Toc.
De l'utilité d'être dérangée par un si bel après-midi
ft. William E. Kuryan
Ʃkaemp はは ™

Une envie de meurtre. Prenante. Soudaine. Et terriblement grandissante. Ce freluquet avait osé poser ses sales pattes arrière sur son bureau. Son bureau à elle ! Et là, elle était à deux doigts de planter sa plume dans un des pieds de l’impudent. Le problème c’est qu’après la plume serait cassée et que pour écrire, une plume cassée, c’est peu pratique. Mais peut-être qu’elle pourrait éventuellement l’assommer sauvagement avec une encyclopédie qui traine dans le coin avant de froidement l’assassiner ? Ni vu, ni connu et ça ne ferait jamais qu’un pion de moins. Un tout petit, minuscule pion. Rien de bien dramatique en somme.  Après tout, même Lawrence, qui était pourtant déjà une tête à claques, ne s’aventurait pas à être aussi d’irrespectueux.  C’était une honte. Pire, un scandale ! Et les scandales, Alice ne les laissait jamais passer. Elle les pourchassait pour mieux les éradiquer par la suite.

La jeune femme lança donc en regard meurtrier à son interlocuteur tout en l’écoutant parler d’une oreille distraite. A la mention de son don, cependant, elle se tendit légèrement. Comment ça forcer ? Forcer ? Mais personne ne forçait Alice Liddell sans en subir les conséquences ! C’était d’ailleurs bien pour ça que personne n’osait s’y risquer ! Personne n’osait même y penser ! Forcer Alice Liddell c’était comme se découvrir un amour pour le suicide du jour au lendemain. Tous ceux qui, un jour, avaient l’idée de vouloir faire pressier sur la belle et douce étourdie  s’en étaient mordu les doigts jusqu’à la mort. Elle était libre et ce n’était pas un petit pion de pacotille qui allait la forcer à faire quoi que ce soit. Il ne semblait visiblement pas mesurer l’impact que pouvait avoir ses paroles sur la durée de sa vie. Le fait d’oser menacer la jeune femme, aussi ouvertement et de manière si effrontée, ne pouvait que réduire considérablement ses chances de survie en ce bas-monde. Tous les avides le savaient pertinemment bien, Alice s’en était assurée de manière quelque peu… brutale. Et puis il l’avait insultée aussi. A demi-mots, certes, mais insultée quand même. Il payerait pour ça. Peut-être même plus que pour le reste. Si menacer Alice était folie, l’insulter était synonyme de mort lente et douloureuse. Personne n’insultait Alice Liddell sans subir son courroux. Et dieu sait que la jeune femme s’y connaissait en vengeance doucereuse et méthodique. Après tout, n’avait-elle par pour meilleur allié sa créativité ? Et il était si facile que d’être créative dans les diverses formes qu’une torture pouvait prendre.

C’est quand il lui demanda d’appeler son secrétaire que la jeune femme se promit de l’avoir un jour. Quand il ne s’y attendrait pas. Elle attaquerait telle une ombre. Silencieuse. Invisible. Mais avec férocité.  Ça serait bon. Divin même. Aussi elle s’autorisa un sourire mesquin en fermant les yeux, avant de les rouvrir et de planter son regard d’acier dans les yeux de ce pion bien trop insolent à son goût. Il voulait du pouvoir ? Il voulait faire peur ? Il allait être déçu avec elle. Alice fixait les règles. Pas les autres. Ce n’était pas en se comportant comme une pleutre qu’elle était parvenue à créer tout ça. Quand on régnait, on le faisait avec panache. Ou on mourrait. Et elle était toujours là…  Il pensait être le premier à posséder un pouvoir suffisamment puissant que pour la faire tomber ? Il se trompait lourdement. Le seul pouvoir qui parvenait à l’agiter pour le moment, était celui du sieur Lawrence Green : la souffrance. Autant elle se délectait de l’infliger, autant elle ne supportait pas celle-ci. Et Green avait l’assurance nécessaire que pour s’en prendre à elle. Ce pion-ci… il n’y arriverait jamais. Et quand bien même ? Il lui suffirait, une fois revenue en possession de ses moyens, de modifier la réalité qu’il lui aurait imposé de changer puis de le tuer pour en être débarrassée. Rien de bien sorcier. Il pensait être le maitre du jeu ? Mais il n’était qu’un pion ici. Comme eux tous. Comme elle.
Elle se racla la gorge avant de lui lancer un sourire méprisant au visage. Dieu qu’elle aimait ce mépris qui suintait hors d’elle comme un poison. C’était beau. C’était doux. Elle fit jouer une pièce d’échecs, une reine, entre ses doigts avant de s’humecter les lèvres pour prendre la parole.


- Veillez m’excuser très cher, j’ai cessé de vous écouter à l’instant où vous posiez vos pieds sur mon bureau. Je suis tellement étourdie ! D’ailleurs, vous aurie l’obligeance des les enlever, je m’en voudrais terriblement si je devais vous faire du mal… Et sinon, vous disiez ?  

Voilà. Qu’il comprenne bien à quel point son petit discours, sans doute très bien préparé, n’avait aucun effet sur elle. Ou du moins pas tant que ça. Certes, son pouvoir pouvait se révéler… problématique, mais pour le moment c’était le cadet de ses soucis. Qu’il comprenne son insignifiance totale dans ce jeu. Après ils pourraient discuter calmement. On ne mettait pas une reine en échec après quelques jours sur le jeu, il l’apprendrait bien assez vite…

Hors-sujet.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Merci Sara ♥️
Je domine le monde en #669966
avatar
William E. Kuryan
✘ Coups joués : 17
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Dim 1 Nov - 12:53



Toc toc toc...

« »


Alice me lança un regard noir et je n'avais aucune difficulté à imaginer qu'elle avait des envies de meurtre. J'en aurais tout autant si on venait m'insulter à demi-mots. Je retirai mes pieds de son bureau à sa demande maintenant que j'étais sûr d'avoir son attention. Alice me regardait droit dans les yeux avec un sourire mesquin qui en disait long sur ce qu'elle pensait de moi, jouant avec la reine du jeu d'échecs. Son regard, je dois avouer que j'étais surpris de son regard bleu, si magnifique et pourtant dur, je souris tout en soutenant son regard comprenant mieux cette relation entre Alice Liddell et cet échiquier. Aux échecs seul la reine peut se déplacer sur n'importe quelle case mais, c'est aussi celle qu'on cherche à abattre. Alice pouvait modifier la réalité et ainsi se déplacer sur l'échiquier comme bon lui semble. Mais, peu importe, je repris la parole en souriant et posant les coudes sur le bureau le menton au niveau de celle-ci.

- Je pense que vous avez mal compris, ma très chère reine. Je ne cherche pas à vous détrôner, je n'aime pas la paperasse est restée enfermée dans un bureau les trois quarts du temps. Je suis là, pour vous servir de pièce maîtresse contre c'est Belliqueux qui cherche à vous nuire alors que vous leur avaient offert une porte de sortie à leur vie minable.

Je pris une position encore plus confortable dans le fauteuil, laissant un petit silence et pour observer sa réaction suite à mon annonce d'alliance à demi-mot dissimulé. Je repris la parole gardant mon sourire.

- Il suffirait que j'ordonne à ses traîtres d'obéir au moindre de vos ordres et le tour serait joué mais, j'avoue que cela serait moins drôle et beaucoup plus ennuyeux mais, cela pourrait vous être utile sur un pion posant un peu trop de problèmes où vous assurez la loyauté des personnes qui vous entourent.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

avatar
Alice LiddellAdmin
✘ Coups joués : 158
✘ Surnom : l'Étourdie
✘ Don : Maitrise de la réalité
✘ Liens : Wonderland
Alice's World

✘ Localisation : Aquaworld
Date d'inscription : 27/10/2015
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Mar 3 Nov - 13:23

détails
Toc. Toc. Toc.
De l'utilité d'être dérangée par un si bel après-midi
ft. William E. Kuryan
Ʃkaemp はは ™


Il ne voulait pas la détrôner ? Oh. Au temps pour elle. Elle s'était encore emportée. Mais que voulez-vous, à force de côtoyer tous ces pions traitres et sanguinaires, elle se méfiait. Et elle marquait son territoire en montrant les crocs depuis bien longtemps. On n'allait quand même lui reprocher d'avoir menacé un de ses pions sans raison. Sans compter que ce n'était pas la première fois et que ça ne serait sans doute pas la dernière. Et puis il l'avait quand même bien cherché ! Et au moins avait-il retiré ses salles pattes de son bureau grâce à son petit coup de sang. Son bureau tout propre qu'elle allait devoir nettoyer après ça. Elle avait horreur des tâches. Nous, vous voyez que ça avait été utile de le menacer un peu. Elle ne l'avait même pas malmené alors bon... Il s'en sortait bien.

Mais donc il ne voulait pas la détrôner. Mieux encore, il voulait l'aider à détruire ces scélérats de Belliqueux. Ces traitres. La vermine ! Décidément, aujourd'hui était réellement un jour qui frôlait la perfection. On lui offrait tout sur un plateau d'argent ! Des pions, la tête de ses ennemis... Qu'aurait-il pu y avoir de mieux que cela ? Le problème... Le problème c'est que cela semblait trop beau. Et qui sait quelles limites pouvait avoir ce fameux don du ciel. Quel prix allait lui couter cette fameuse alliance ?

Elle pencha la tête, pensant le pour et le contre d'une telle offre. Assurément, ce n'était pas pour ses beaux yeux que ce Kuryan lui proposait un tel marché. Il attendait forcément quelque chose en retour, la question étant quoi ? Un beau rôle au sein de l'Échiquier ? De l'argent ? Autre chose de plus précieux aux yeux de l'homme ? Elle secoua la tête avant de soupire puis de s'humecter les lèvres, prenant soin de bien choisir ses mots.

- Et ce... cette fameuse pièce maitresse dont vous proposez si gentiment de m'offrir les services, que me demandera-t-elle en retour ? Donnez-moi votre prix monsieur Kuryan, on n'a rien sans rien, et il me sera plus facile d'accepter votre marché en connaissant la contrepartie de cet arrangement.

Hors-sujet.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Merci Sara ♥️
Je domine le monde en #669966
avatar
William E. Kuryan
✘ Coups joués : 17
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Mar 3 Nov - 21:45



Toc toc toc...

« »


Alice rentra directement dans le sujet me demandant ce que je voulais en échange sachant que rien n'est gratuit même dans ce monde. Mon sourire s’agrandit gardant à l'esprit que rien ne m'assurerait que celle-ci accepte mon offre ni mes conditions. Je pris un ton calme sérieux et surtout confiant laissant peu de place à un non.

-C'est très simple, chacun à une vengeance à effectuer et tu as la possibilité de m'aide à effectuer cette vengeance et y a une personne que j'aimerais revoir et tu pourrais également m'aider à revoir cette personne. Je pense que je n'ai pas besoin d'en dire plus.

Il était facile que mes conditions étaient d'amener cette personne sur l'échiquier pour que je puisse avoir ma vengeance et avoir cet enfoiré qui m'a pris ma fiancée en l'envoyant dans le coma et de revoir celle-ci et l'avoir à mes côtés dans l'échiquier pouvoir la serrer de nouveau dans mes bras, sentir ses lèvres sur les miennes, son corps contre le mien. J'attendais la réponse d'Alice la regardant dans les yeux soutenant son regard d'acier.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

avatar
Alice LiddellAdmin
✘ Coups joués : 158
✘ Surnom : l'Étourdie
✘ Don : Maitrise de la réalité
✘ Liens : Wonderland
Alice's World

✘ Localisation : Aquaworld
Date d'inscription : 27/10/2015
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Ven 6 Nov - 19:52

détails
Toc. Toc. Toc.
De l'utilité d'être dérangée par un si bel après-midi
ft. William E. Kuryan
Ʃkaemp はは ™


Aaaah l'amour... Quel sentiment puissamment ridicule. Une émotion qui faisait de vous quelqu'un de faible et qui vous mettait par conséquent, du moins dans le cas présent, dans une position de faiblesse. Ce Kuryan proposait de brader son don ô combien prometteur pour une simple amourette... si ce n'était pas touchant ! Pour un peu, Alice en aurait versé une larme. Enfin, si elle avait été dotée de compassion... Mais en fait, elle en aurait plutôt rit. Oui. Voilà. Elle en riait. A gorge déployée. Que cela était pathétique ! Tellement pathétique que ç'en devenait la blague de l'année. Il voulait revoir une personne et il lui offrait son don en échange, que cela était fascinant. Fascinant de bêtise.

Alice essuya une larme de rire qui perlait au coin de ses yeux et tenta de reprendre contenance. En y réfléchissant mieux maintenant, la demande n'était pas des plus idiotes. Elle pourrait faire d'une pierre, deux coups. Avoir ce don à sa disposition et se doter de deux nouvelles recrues. Ou de nouveaux ennemis, réflexion faite. Après tout, la vengeance pourrait conduire la pauvre victime de celle-ci tout droit dans les bras des Belliqueux, et cette fameuse personne chère pourrait vouloir rentrer dans son monde. Emmenant avec elle William et le précieux don. Pire, retournant ce don contre elle... Hors de question, elle ne pouvait pas prendre ce risque.

Elle se leva pour faire quelques pas et s'arrêta sur la gauche du pauvre bougre, le toisant de toute sa hauteur. Elle jubilait véritablement de le surplomber comme ça et surtout, surtout elle jubilait de le tenir dans la paume de sa main. Elle ne lâcherait tel don pour rien au monde. Alors elle pouvait faire venir l'amour de sa vie dans ce monde et puis tout simplement ordonner sa mort si celle-ci allait voir du côté de l'ennemi. Cela semblait être un plan parfait.

- Te languirais-tu de l'amour de ta vie Kuryan ? Que tout cela est adorablement triste ! Mais qui te dis que je suis prête à t'offrir ce cadeau ? Tu me demandes beaucoup pour si peu. Après tout, je ne prends que des vies perdues, s'ils ne sont pas ici c'est qu'ils ne sont pas au fond du trou. Ou qu'ils sont morts. Quelle tragédie cela serait ! Devrais-je alors t'apporter le cadavre de ta chère et tendre ? Comment s'appelle-t-elle au juste ? Sarah ? Elizabeth ? Victoria ? Que tout ceci est diablement excitant...

Un sourire fou et moqueur aux lèvres, Alice savourait son petit effet avec délectation. En effet, tout cela devenait follement amusant. Torturer de la sorte son pauvre pion, Alice ne s'était pas amusé de la sorte depuis des années !

Hors-sujet.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Merci Sara ♥️
Je domine le monde en #669966
avatar
William E. Kuryan
✘ Coups joués : 17
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Dim 8 Nov - 20:31



Toc toc toc...

« »



Son rire, un rire qui vous fait grincer des dents son rire m'agacer mais, je devais garder mon calme mais, j'avais de plus en plus de mal. Chaque mot qu'elle disait été horripilante comment osé-t-elle? Qu'elle joue son petit jeu avec moi était déjà agaçant mais, lorsqu'elle se mit à parler de ma fiancée s'en était trop. Je lui souris avec un sourire clairement sarcastique tout disant en me levant.

-Ne joue pas à ce petit jeu ma très chère reine, je suis venue ici pour te faire une t'offrir mon aide et une alliance plus que respectable mais, je vais répondre à tes questions. Si elle n'est ici avec moi, c'est qu'elle est dans un coma.

Je me suis dirigé vers la fenêtre tout en regardant à travers celle-ci observant le magnifique ciel bleu où quelque nuage blanc grisâtre commençait à pointer le bout de leur nez. Je me suis retourné regardant la reine dans les yeux ayant cette fois un sourire amusé.

-Je suis venue vous proposez mon aide et j'ai eu la bonté de vous proposer ce petit arrangement. Mais, si vous ne me laissez pas le choix, je serais dans l'obligation de me passer de votre accord! Et oui vous pouvez le prendre comme une menace car sans été une, ma très chère reine.

Les quatre derniers mots étaient plutôt ironiques, utiliser mon don contre elle serait idiot sachant que je ne peux donner qu'un seul ordre par personne mais, ce moyen de pression pourrait me servir encore et elle n'est pas obligée de connaître la faiblesse de mon pouvoir et puis j'aimerai encore gardait cet atout dans la manche en cas de besoin contre la reine.

avatar
Alice LiddellAdmin
✘ Coups joués : 158
✘ Surnom : l'Étourdie
✘ Don : Maitrise de la réalité
✘ Liens : Wonderland
Alice's World

✘ Localisation : Aquaworld
Date d'inscription : 27/10/2015
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Dim 22 Nov - 15:33

détails
Toc. Toc. Toc.
De l'utilité d'être dérangée par un si bel après-midi
ft. William E. Kuryan
Ʃkaemp はは ™


Une menace ? Il osait la menacer ? Et il espérait quoi en faisant ça ? Tout ce qu'allait récolter cet idiot serait un saut dans le vide suivit d'un arrêt rapide. Alice avait pendu des pions pour moins que ça. Et il n'était pas vraiment en état de négocier. Après tout, il pouvait bien la forcer à faire ce qu'il voulait, mais si les conséquences de son pouvoir n'étaient pas totalement merdiques, il ne se serait même pas embarrassé de lui demander son avis. Alors certes, il pouvait menacer, mais pourrait-il passer à l'acte pour autant ? Après tout, il pouvait toujours essayer, rien ne ferait ployer la reine... Lawrence s'y essayait depuis des années et sans succès. Si sa tête était si facile à faire tomber, le jeu serait déjà terminé depuis bien longtemps...

- Dans le coma... voyez-vous ça ! Et je présume que tu es totalement étranger à son état actuel, pas vrai... Alors quoi, tu veux que j'amène un demi-cadavre dans notre monde ? Un poids mort qui me sera inutile ! Je n'ai pas pour habitude d'appeler à moi les faibles.

Elle lui lança un regard noir, le tout accompagné d'un sourire méprisant. Il était pathétique. Et elle, elle ne réveillait pas les morts. Si sa chère et tendre était dans le coma, rien ne garantissait son réveil dans ce monde et si Kuryan devait se morfondre au chevet de sa belle plutôt que d'aider la reine dans sa main mise sur le nid des Belliqueux, faire venir la faible ne servirait à rien ! Alice ne pouvait rien pour l'idiote ! Du moins pas dans l'immédiat. Maintenant, il restait l'autre, celui dont William voulait la tête. Peut-être que celui-là pourrait se montrer utile... Plus utile même que prévu. Après tout, rien n'empêchait Alice d'utiliser toutes les cartes en main à son avantage...

Elle le regarda durement, tout en pinçant les lèvres avant de commencer à faire les cents pas dans son bureau, sur ce tapis qui lui avait coûté une petite fortune en informations. Enfin, Alice s'arrêta et vint se placer derrière le pion récalcitrant, s'appuyant sur son bureau avant de farfouiller pour y chercher quelque chose.

- Tu es pathétique Kuryan. Te voilà en train de te morfondre sur le sort de ta dulcinée et tu es dangereusement en train de jouer avec ta vie par la même occasion. Tu en serais presque inutile... Toutefois, même si je ne peux garantir la venue de ton idiote, je peux au moins t'aider pour ta vengeance et tenter de faire venir le corps meurtri de la fille.

Alice farfouilla encore un instant dans un tiroir du bureau avant d'en sortir deux enveloppes et deux pièces, un sourire ironique et suffisant sur le visage.

- J'ai besoin de noms mon petit Kuryan... Et après, nous établirons les règles de notre contrat.


Hors-sujet.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Merci Sara ♥️
Je domine le monde en #669966
avatar
William E. Kuryan
✘ Coups joués : 17
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Ven 27 Nov - 21:23



Toc toc toc...

« »



Un demi-cadavre, un point mort, idiote comment osé t-elle parlait de la sorte d'Amélia. Mon poing se serra mes poings transperçant la peau laissant quelque goutte de sang tombé sur le sol. Elle pouvait se moquer de moi autant de fois qu'elle voudrait mais, qu'elle ne s'avise plus jamais de dire du mal d'elle d'ailleurs aussitôt pensé aussitôt dit mon ton était méprisant et froid:

- tu peux te moquer de moi autant que tu veux mais, ne t'avises plus jamais de dire du mal d'elle, sinon tu le paieras lourdement et ton petit jeu risqué de s’arrêter encore plus vite qu'il ne s'est construit.

J'avais laissé la colère prendre le déçu et Alice devait prendre un malin plaisir à m'avoir vu perdre les pieds. Elle me demanda les noms avant de pouvoir parler des termes du contrat. J'avais l'impression de vendre mon âme au diable mais, le plus dur serait les termes du contrat et je sens que cela n'allait pas être une partie de plaisir, je pris donc place devant Alice en disant avec un air plus calme gardant une pointe de mépris dans la voix.

-D'après ce que j'ai compris lors de notre arrivée nous ne sommes pas vraiment là et notre corps et proche du coma, donc il cela ne devrait pas poser de problèmes enfin en théorie, disons que c'est une porte de sortie et pour les noms ce sont: Tony Alighierie, et Amélia Knight.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

avatar
Alice LiddellAdmin
✘ Coups joués : 158
✘ Surnom : l'Étourdie
✘ Don : Maitrise de la réalité
✘ Liens : Wonderland
Alice's World

✘ Localisation : Aquaworld
Date d'inscription : 27/10/2015
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Dim 7 Aoû - 23:44

détails
Toc. Toc. Toc.
De l'utilité d'être dérangée par un si bel après-midi
ft. William E. Kuryan
Ʃkaemp はは ™


Elle balaya ses paroles du revers de la main. Elle n'allait pas se mettre un don si précieux à dos pour quelques mots de trop sur une greluche qui n'en vaudrait peut-être pas la peine. Ou peut-être que si, au contraire. Les idiotes avaient ça de surprenant qu'elles pouvaient se révéler incroyablement utile, Alice l'avis appris, parfois à ses dépends, au court de sa longue existence. Elle trempa sa plume dans l'encre verte et commença par écrire le nom de la fameuse dulcinée, la comateuse. Dieu que tout ceci lui donnait la réjouissait. Elle ne comprenait pas comment on pouvait se brader de la sorte et pour si peu. Cela faisait bien ses affaires mais ce Kuryan... il vendait son âme au diable pour une bien piètre récompense, en avait-il seulement conscience ? Elle plaça la pièce, un cavalier, dans l'enveloppe et la scella avec la cire rouge. La missive fut placée sur le côté tandis qu'elle inscrivit le second nom avec un caractère vaguement familier. Un fou fut, cette fois, lâché dans l'enveloppe et elle reposa sa plume tandis que son attention se reportait sur l'avide.

- Je suppose que ceci remplit ma part du marché. Parlons maintenant de la tienne. Parlons de ce que toi et ton don avez à m'offrir.

Elle s'humecta les lèvres et un frisson d'excitation parcouru son corps tandis que le goût délicat du sentiment de puissance absolue explosa dans tout son être. Bon sang, elle allait le mettre à genoux, il serait à sa merci totale et ne pourrait strictement rien faire contre cela. Comme l'idée était douce à l'oreille !

- N'y allons pas par quatre chemins : je veux une obéissance absolue. Je veux que tout ton être n'existe que pour entendre mes ordres et les exécuter sans poser la moindre question. Je te demande d'infiltrer les Belliqueux, tu le fais. Je te demande quelle couleur de rose irait mieux pour le jardin, tu me réponds. Je te demande de te rebeller contre ton clan, tu le fais. Et puis surtout, surtout je veux ta parole pour toujours et à jamais, aussi longtemps que tu te trouves sur l'Echiquier, que jamais tu ne tenteras de me détrôner. Par n'importe quel moyen. Ce n'est pas une demande, c'est un ordre. Si tu es incapable de me promettre ces choses, la porte est juste là et je ne te retiens pas plus longtemps. J'ai besoin de gens compétents dans mon entourage proche Kuryan, pas de serpents à sonnettes prêts à mordre à tout instant. J'ai besoin de savoir que je peux te tourner le dos sans que tu tentes de m'y planter un couteau. Si tu es capable de faire ça, on pourra faire ce contrat et peut-être que ça débutera sur le début d'une collaboration plus que fructueuse.



Hors-sujet.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Merci Sara ♥️
Je domine le monde en #669966
avatar
William E. Kuryan
✘ Coups joués : 17
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Lun 8 Aoû - 4:26







J'étais assis en face d'elle je la vis écrire le nom d'Amélia de la glisser dans l'enveloppe avec un cavalier et elle fit de même pour Tony sauf qu'à la place se fut un fou. Elle scella les enveloppes avant de me regardait de nouveau me disant qu'elle avait rempli sa part du marché et c'était vrai maintenant resté le plus compliqué payais le tribut pour ce geste qui semblait si simple et pourtant, je sentais que j'allais le payer très cher. Une obéissance absolue, le prix était lourd à payais et ça devait se lire sur mon visage, je réfléchissais. Alice faisait venir Amélia, mais en échange, je devais son chien de garde, son jouet, sa marionnette et tout ce que vous voulez. Plus je l'écoute et plus un sourire apparaissait sur mes lèvres pas que les termes du contrat me réjouissaient, mais ce qui me réjouissait et qu'elle me considère comme une menace pouvant la détrôné.

- Je ne vais pas y aller par quatre chemins majesté, le prix et plutôt lourd à payais pour faire venir deux personnes ici, surtout pour en tuer une des deux. Je ne vais pas y aller par quatre-chemins majesté, le prix et plutôt lourd à payais pour faire venir deux personnes ici, surtout pour en tuer une des deux. Je ne suis pas idiot, c'est pourquoi qu'en , tu dois dois également me promettre de ne pas attenté à sa vie par n'importe qu'elle moyen et cela peu importe le camps qu'elle choisit.


Je pris une respiration tout en laissant un petit blanc, je préfère assurer ses arrières au cas où cela marcherait. Je vendais plus que ma loyauté à cette femme, je vendais ma liberté en devenant sa marionnette. Mais, j'étais près à tout pour revoir Amélia même vendre ma liberté et mon âme. Je repris d'une manière calme et sérieuse en la regardant trois dans les yeux :

- Tant que tu ne tenteras rien contre Amélia, tu n'auras rien à craindre de moi. Tu pourras dormir sur tes deux oreilles, je te servirais avec la plus grande loyauté et ne discuterais aucun de tes ordres et je m'occuperais de te ennemis. Mais, si tu ne touches qu'à un cheveu de ma fiancée d'une manière ou d'une autre, je serais le pire de te ennemis et je te mettrais à genoux en moins de tant qu'il t'en faudra pour prononcer mon nom. Je pense que cette fois les termes du contrat son équitable qu'en pensez-vous votre Majesté ?

J'étais des plus sérieux, et la regardais son regard bleu acier, qui ne laisser rien transmettre. Je l'avais tutoyé sur la fin non pas par respect, mais plutôt pour agir comme si mes conditions étaient déjà acceptées et que le contrat était totalement fini et déjà signé d'une manière ou d'une autre.



avatar
Alice LiddellAdmin
✘ Coups joués : 158
✘ Surnom : l'Étourdie
✘ Don : Maitrise de la réalité
✘ Liens : Wonderland
Alice's World

✘ Localisation : Aquaworld
Date d'inscription : 27/10/2015
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Lun 8 Aoû - 18:12

détails
Toc. Toc. Toc.
De l'utilité d'être dérangée par un si bel après-midi
ft. William E. Kuryan
Ʃkaemp はは ™


Un sourire effleura ses lèvres. Voilà qu'il commençait à se faire du ceci pour la sécurité de la demoiselle en détresse. Si ça n'était pas trop chou. Et il avait le culot de trouver que le prix à payer était trop lourd... mais quand on vendait son âme au diable, il ne fallait pas s'étonner. Il fallait se renseigner avant de venir la trouver et s'il n'était pas content, il pouvait toujours aller frapper chez les Belliqueux pour tenter de trouver un moyen, elle s'en fichait un peu à vrai dire. Cependant, Kuryan n'avait pas l'air de trouver ça si déplaisant si elle en jugeait son sourire grandissant. Bon sang, mais qu'avait-elle fait au bon Dieu pour que tous les pions un minimum intéressants et qui l'entouraient soit tous plus tarés les uns que les autres, voir légèrement masochistes sur les bords ?! Avait-on idée de sourire pareillement quand on s'apprêtait à devenir esclave pour le restant de ses jours ? Elle n'allait pas le plaindre mais quand même, qu'est-ce qu'il manquait du jugeote, quel gâchis qu'un si grand don lui ait été attribué... Enfin, il n'en serait que plus facile à manipuler. Les gens aveuglés par l'amour faisaient toujours de si bonnes recrues.

- Mais mon petit Kuryan, ce n'est pas mon problème si tu ne sais pas choisir les pions que tu amènes sur l'Echiquier ! Sans compter que cet Alighieri pourrait très bien te donner du fil à retordre après tout. C'est toi qui est venu à moi, pas le contraire. Ne l'oublies pas... Quant au sort de ta fiancée, si jamais elle sortait miraculeusement du coma en arrivant ici, je promets de ne pas toucher à un seuls de ses cheveux. Maintenant, mon petit... inutile de me menacer avec des paroles en l'air, tu n'es pas le premier petit con prétentieux à penser pouvoir me détrôner. Ceci étant dit... CAÏN ! hurla-t-elle dans le bureau.

Un homme dans la trentaine entra précautionneusement dans la pièce et referma derrière lui la porte dans un bruit sourd. Il s'avança ensuite vers Alice avec révérence et se pencha vers elle, prêt à recevoir ses ordres. Oubliant Kuryan pour un instant, elle lui chuchota quelques mots à l'oreille et l'homme eut un sourire presqu'imperceptible tandis qu'il écoutait ses directives. Il hocha finalement la tête et prit place à côté d'elle avant de se mettre à écrire frénétiquement sur une feuille de papier.

- William, voici Caïn, un de mes plus proches collaborateurs et accessoirement celui qui crée les contrats de l'Echiquier. Il est en train de mettre par écrit tout ce dont nous venons de discuter et il ne nous restera plus qu'à signer à la fin. Tu pourras relire le tout avant d'apposer ta signature mais sache que, une fois celle-ci sur le papier, il ne te sera plus possible de faire marche arrière. Son pouvoir ne te le permettrais pas. Des questions ?



Hors-sujet.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Merci Sara ♥️
Je domine le monde en #669966
avatar
William E. Kuryan
✘ Coups joués : 17
Date d'inscription : 28/10/2015
Points : 17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Jeu 11 Aoû - 19:46







C'est vrai que c'était moi qui lui proposais mes services et je souriais en l'entendant dire que je n'étais pas le premier petit con à vouloir la détrôné. J'ai remis mes pieds pendant qu'elle appelait un certain Caïn, elle m'expliqua que ses contrats étaient impossibles à briser. Je souris cela m'assure qu'elle ne tenterait rien mais, également ferais de moi, son petit chien. L'idée ne me plaisait guère mais, ça prouvait qu'une chose, c'est que j'avais raison et je n'ai pas pu m'empêcher de rire en disant.

-Sache que je suis un As au poker et que je suis le prince de l'escroquerie et que mon cerveau est aussi affûté qu'une lame de rasoir. Et c'est sûrement vrai, je ne suis sûrement pas le premier à te menacer de pouvoir te détrôné, mais je suis également l'un des seuls à en avoir réellement les capacités qu'elle soit intellectuelle et magique grâce à mon don. Et ce contrat en ai la preuve, tu crains pour ton trône et préfère me garde enchaîné avec ce contrats que de me voir en liberté et pouvoir tenter un coup d'état qui me sera impossible avec ce contrats.


Je regardais ce mec écrire plus vite que son ombre, effectivement je comptais relire ce morceaux de papier qu'elle garderait sûrement en sécurité. Lorsque l'homme me tendit le papier je lisais chaque partie deux fois allant même jusqu'à vérifier la tournure des phrases. En faisant attention qu'elle ne laisse aucun point flou et qu'elle aucune phrase libre interprétation. Redonnant le contrats à sa majesté.

-Le contrat à l'air en ordre, mais je te prierais de le signer en première que je vérifie qu'il n'y ai pas de clause cacher qui apparaître comme par magie après ta signature. On n'est jamais trop prudent avec les contrats magiques surtout quand on vend son âme au diable et je suis sûr que tu ne contrediras pas sur ce point majesté.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

avatar
Alice LiddellAdmin
✘ Coups joués : 158
✘ Surnom : l'Étourdie
✘ Don : Maitrise de la réalité
✘ Liens : Wonderland
Alice's World

✘ Localisation : Aquaworld
Date d'inscription : 27/10/2015
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  Ven 26 Aoû - 15:15

détails
Toc. Toc. Toc.
De l'utilité d'être dérangée par un si bel après-midi
ft. William E. Kuryan
Ʃkaemp はは ™

Bon dieu que c’était adorable. Il pensait vraiment qu’elle en avait quelque à foutre de son pouvoir ? Mais n’avait-il donc pas compris ? Elle ne craignait rien, au contraire : tout ça l’exaltait à un point inimaginable. Alice aimait le jeu, peut-être plus que quiconque mais elle avait appris de ses erreurs : tricher était mauvais pour la santé. C’est pour ça qu’elle accordait un pouvoir à tous ceux qui le souhaitait, pour que le jeu soit équitable et vivable. S’il n’y avait pas eu de pouvoir sur l’Echiquier hormis le sien, le jeu n’aurait pas duré bien longtemps et beaucoup seraient soit repartis, soit morts.  Sans pouvoir, l’Echiquier n’avait aucune saveur, ce n’était qu’un jeu parmi tant d’autres, juste plus mortel. Tout ça aurait été bien ennuyant, surtout pour elle. Quand on avait l’éternité devant soi, on s’occupait comme on pouvait.  Alors non, elle n’avait pas peur de son don. Il pensait être le premier à l’obtenir ? Elle aurait peut-être dû préciser que chaque nouveau pion obtenait un pouvoir qui avait déjà existé par le passé. Après tout, c’était logique : si le pion mourrait, son pouvoir disparaissait avec et quand cela se produisait, il fallait trouver un remplaçant. C’était dingue de voir que tous ces petits gens étaient persuadés d’être unique en leur genre… les seuls pions uniques étaient ceux toujours vivants depuis le premier jeu et ils étaient bien peu nombreux…

Elle s’autorisa un coup d’œil complice avec Caïn en pensant à quel point Lawrence allait être furieux. Le pion qui avait autrefois le pouvoir de Kuryan avait dû être éliminé car dangereux. En effet, Alice n’avait pas pu se permettre de voir ce pouvoir dans les mains de Lawrence, pas quand il l’utilisait contre elle. Ça avait été long, mais ils étaient finalement parvenu à s’en débarrasser, ça avait rendu Green absolument fou de rage. Savoir que le nouveau venu possédant ce pouvoir était dans son camp désormais et sur le point d’être totalement hors d’état de nuire pour elle, c’était… grisant. Elle n’avait vraiment plus rien en travers de son chemin. En revanche, elle regrettait presque que ce don soit tombé sur ce Kuryan. Il commençait à la fatiguer à vouloir absolument démontrer sa soi-disant supériorité et elle avait horreur des gens qui parlaient trop. Avait-il seulement conscience qu’Alice pouvait claquer des doigts pour modeler la réalité et rayer son existence de l’Echiquier pour toujours ? L’envie commençait à se faire doucement sentir, il fallait faire quelque chose avant qu’il ne prenne le melon pour de bon, sinon elle ne pourrait pas se retenir.

- Bon. Mon petit Kuryan. Tu es gentil, mignon,  et tout ce que tu veux mais, tu commences sérieusement à me les briser avec ton arrogance. Oui, tu as un grand pouvoir, bla bla bla, je suis très contente pour toi. On peut passer à autre chose ? Non parce que ton pouvoir, il est vrai, m’intéresse grandement mais maintenant si ça veut dire que je dois me coltiner en prime ton petit discours sur ta grande puissance à chaque utilisation, ça ne va pas être possible. Dans ce cas-là, la porte de mon bureau est grande ouverte et tu peux aller frapper chez Lawrence pour postuler dans son camp, je suis certain qu’il en sera ra-vi. En revanche, si tu as enfin terminé ton cirque, on peut peut-être passer aux choses sérieuses ?

Alice attrapa la plume que lui tendait Caïn et apposa sa signature sur le bas du document sans que rien ne se passe. Ce type était vraiment paranoïaque, tout le monde savait qu’Alice n’avait qu’une parole. Surtout quand elle faisait appel à Caïn.

- Alors, tu signes mon grand ou tu préfères partir ? Je n’ai pas toute la journée devant moi, on m’attend ailleurs et notre entretien n’a que trop duré.

Hors-sujet.


♘♘♘♘♘♘♘♘♘♘

Merci Sara ♥️
Je domine le monde en #669966
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)  

Toc. Toc. Toc. (ft. William E. Kuryan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» William Delacroix [ Voleur ]
» William Sanders
» Nouvelle Garde [William]
» William Saule [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L’Echiquier :: Lesvilainspasbeaux :: Manoir :: Bureau-